/regional/troisrivieres/mauricie

Les librairies indépendantes déjouent la pandémie

Sébastien Houle | TVA Nouvelles

Certains libraires indépendants semblent être parmi les rares acteurs économiques à tirer leur épingle du jeu dans le contexte défavorable d’aujourd’hui.

«On fait partie des chanceux», a lancé sans détour Guy Rousseau, directeur des librairies Poirier, de Trois-Rivières et Shawinigan. S'il dit avoir de l'empathie pour ses confrères des autres sphères du milieu culturel, il se réjouit que les affaires aillent bien. «Les gens ont découvert que les livres, ça les fait voyager pas cher», a-t-il dit.

• À lire aussi: COVID-19: le Canada est à un «point de bascule», selon l’Association médicale canadienne

• À lire aussi: Plus de 10 000 cas par jour au Canada dès décembre

Le mouvement pour l'achat local qui touche tout le Québec depuis le début de la pandémie semble s’étendre à la littérature d'ici, constate l'auteure mauricienne Louise Lacoursière. «On a toute une population derrière nous autres», a-t-elle observé.

Privé de salons du livre et de rencontres avec ses lecteurs, l'auteur Yvon Laprade a salué le travail des libraires locaux. «Qu'on pense à des auteurs locaux pour montrer le travail qui a été fait, moi je trouve que c'est une belle initiative», a-t-il indiqué.

En boutique ou par Internet, les affaires sont bonnes pour les librairies indépendantes. À l'Exèdre, à Trois-Rivières, les ventes en ligne ont bondi de 900% au plus fort du confinement.

«Si le créneau était peu exploité, l'habitude du furetage virtuel s'est installée, a remarqué Audrey Martel, copropriétaire de l'endroit. Depuis qu'on a rouvert, les clients commandent souvent en ligne et passent ensuite cueillir les livres en magasin. Une façon de faire qui s'avère un juste milieu, puisque les frais d'expédition venaient gruger une part importante des bénéfices», a souligné la commerçante.

Voyez le reportage ci-dessus.