/news/law

Deux frères en taule aux É.-U. pour du blanchiment

Jonathan Tremblay

Deux frères montréalais qui ont fait fortune dans le commerce électronique ont pris le chemin de la prison cette semaine aux États-Unis pour avoir blanchi plus de 250 M$.

Le millionnaire du web Firoz Patel, 46 ans, a écopé d’une peine de 36 mois d’emprisonnement, à Washington.

• À lire aussi: Un arnaqueur du web aurait fait plus de 50 victimes

• À lire aussi: Un Américain arrêté après une cavale de près d'un demi-siècle

Au même moment, son cadet Ferhan Patel, 39 ans, s’est fait imposer un séjour de 18 mois derrière les barreaux.

En juin dernier, les deux Montréalais ont plaidé coupables aux accusations de complot, de blanchiment d’argent et d’exploitation sans permis de services financiers sur internet qui pesaient contre eux.

Les frangins ont admis que leurs manigances d’exploiter des plateformes transactionnelles avaient permis la transmission d’une spectaculaire somme de plus 250 M$ de manière illégale en six ans, et de l’avoir fait en pleine connaissance de cause et dans le but précis d’enfreindre la loi.

Il s’agissait des sites Payza et Egopay - incorporés dans le paradis fiscal du Bélize -, et AlertPay, que La Presse avait qualifié de «réussite québécoise», en 2009.

Le duo avait fondé ces sociétés pour concurrencer le géant du commerce électronique PayPal.

Parmi leurs clients se trouvaient des groupes qui baignent dans la pornographie juvénile, le trafic de drogue, les fraudes de type Ponzi et autres d’entreprises pyramidales et criminelles.

Geste condamnable 

Selon le département de la justice américain, après avoir commis leurs crimes, les frères Patel faisaient nettoyer leur liste de clients afin d’effacer le plus d’informations possible concernant ceux qui effectuaient des transactions illégales sur leurs sites.

« [C’est] une offense criminelle sérieuse. Sans le blanchiment d’argent, les fraudes commises par les clients de Payza n’auraient pas pu être complétées, a souligné le représentant de l’État, Me Michael R. Sherwin. Ces condamnations rappelleront aux criminels que les États-Unis feront tout en leur pouvoir pour retirer les bénéfices du crime et condamner ceux qui permettent la fraude. »

Les Patel ont également eu accès à de faramineuses sommes d’argent.

Selon Revenu Québec, des fourgons blindés du groupe Garda ont transporté 45 M$ pour Payza en argent liquide, entre 2012 et 2018.

Des millions ont aussi transité entre Payza et leurs comptes bancaires personnels, aux États-Unis et au Canada.

Sous la loupe 

Depuis 2018, Firoz est talonné par le fisc québécois. Revenu Québec avait pris des mesures pour lui saisir 20,1 M$ en impôts et taxes impayés, et lui en réclamer la majeure partie.

Le fisc réclamait par ailleurs près de 2,4 M$ en taxes à son frère, impliqué avec lui dans les activités de paiements en ligne.

La luxueuse demeure de Firoz, à Montréal.

Photo d'archives, Chantal Poirier

La luxueuse demeure de Firoz, à Montréal.

En mai de la même année, une réclamation de 3,5 M$ a été intentée contre Nazlin Patel, l’épouse de Firoz. Leur domicile de l’arrondissement Saint-Laurent faisait l’objet d’une hypothèque légale du fisc, à qui elle aurait caché des revenus de 6,7 M$.

L’homme d’affaires avait quant à lui qualifié de « fiction » les calculs effectués pour évaluer ses revenus. Déclaré coupable, il a porté le verdict en appel.

En plus de leur peine d’emprisonnement, les frères ont aussi dû renoncer à 4,5 M$ qui leur ont été saisis.

Firoz Patel avec l’ex-maire Denis Coderre, en 2017.

Photo tirée de Facebook

Firoz Patel avec l’ex-maire Denis Coderre, en 2017.

Avant son arrestation, l’aîné menait la belle vie dans la métropole en se promenant en Porsche et en faisant circuler sur Facebook des photos de lui en compagnie de vedettes telles que l’ex-maire Denis Coderre et le hockeyeur PK Subban.