/news/homepage

Max Gros-Louis n'est plus

L’ancien grand chef de la nation huronne-Wendat de Wendake, Max Gros-Louis, est décédé à l'âge de 89 ans.

La santé du mythique personnage était précaire depuis quelque temps.

Max Gros-Louis a dirigé les destinées de la nation huronne-wendat pendant plus de 30 ans en tant que grand chef. Durant son long mandat, il a travaillé au développement de la réserve. 

C’est sous son règne qu’a débuté le débat concernant la réserve des Laurentides, la question du territoire ancestral. 

Nombreuses réactions 

Le premier ministre du Québec François Legault a rendu hommage à «un défenseur passionné des droits et de la culture des nations autochtones».

«Mes condoléances à la famille et aux proches de Max Gros-Louis. Le Québec perd un leader, a-t-il réagi via Twitter. Il a contribué à faire avancer la collaboration et le respect entre nos peuples.»

La vice première ministre s'est aussi tournée vers le réseau social pour commenter le décès de l'ex-chef.

«La communauté de Wendake et la grande région de Québec perdent en Max Gros-Louis un grand ambassadeur du développement culturel et économique autochtone. Mes pensées accompagnent sa famille», a déclaré Geneviève Guilbault.

Le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, s’est aussi exprimé sur les réseaux sociaux.

En entrevue à LCN, le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, a lui aussi rendu hommage à ce grand homme.

«Plusieurs savent que Max Gros-Louis est à l’origine de la grande mobilisation, qui remonte au milieu des années 1960 avec la création de l’Association des Indiens du Québec à l’époque. Il avait réussi à créer une vague chez les leaders de plusieurs nations au Québec», a-t-il rappelé.