/news/politics

Plan vert : la CAQ manque d’ambitions, dit l’opposition

À peine déposé, le Plan pour une économie verte (PEV) du gouvernement Legault est critiqué par les partis d’opposition qui lui reproche son manque d’ambitions.

• À lire aussi: Fini les véhicules à essence dès 2035

• À lire aussi: Legault promet de ne pas taxer les consommateurs pour réduire la pollution au Québec

Selon le porte-parole du Parti libéral du Québec en matière de changements climatiques, Carlos Leitão, le plan présenté lundi ne permet tout simplement pas d’atteindre l’ambitieuse cible de réduction des gaz à effet de serre de 37,5% d’ici 2030.

C’est que seulement 42% des mesures et programmes censés permettre au gouvernement d’atteindre sa cible y sont clairement identifiés et financés, a-t-il déploré.

«Ils ont identifié [seulement] 42% du chemin à parcourir. C’est une faille majeure. Quand on dit que 37,5 % c’est un strict minimum, il est probable que plus on va avancer dans le temps, plus la science va nous dire qu’il faut aller plus vite», a expliqué Carlos Leitão.

Malgré tout, il salue l’annonce de l’interdiction de la vente de véhicule à essence neuf à compter de 2035, mais aurait souhaité voir davantage de mesure pour développer «une économie plus efficace et sobre en carbone».

Le porte-parole du Parti québécois en matière d’environnement, Sylvain Gaudreault, parle carrément d’un plan «mort-né».

«C’est plus de la majorité de l’objectif qui n’est pas planifié. En le lançant, c’est déjà un aveu qu’ils n’atteindront pas leur objectif», a-t-il affirmé.

En refusant d’imposer des taxes aux consommateurs qui consomment des produits plus polluants, tels des VUS, «François Legault refuse d’arriver au 21e siècle», a-t-il ajouté.

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a quant à elle déploré l’hypocrisie de la Coalition Avenir Québec.

«Aujourd’hui, c’est une des rares journées dans l'année où la CAQ annonce des mesures environnementales. Le reste du temps, le gouvernement annonce des agrandissements d'autoroutes dans les régions urbaines, retarde la construction du tramway à Québec et défend le projet GNL Québec. François Legault fait miroiter un pas en avant, mais globalement, le Québec recule en matière de lutte aux changements climatiques», a-t-elle indiqué par voie de communiqué.

De son côté, l’Union des municipalités du Québec accueille positivement le PEV, tout en insistant que le gouvernement doit aller plus loin, surtout en matière de transport.

«Pour la crise climatique, il n’y aura pas de vaccin! Il faut agir dès maintenant pour nous préparer aux crises de demain et le PEV constitue une avancée intéressante et nécessaire face à ce chantier collectif qui nous attend», a affirmé sa présidente, la mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy.