/regional/montreal/montreal

«What the ****?»

TVA Nouvelles

Il est de plus en plus difficile d’obtenir un service en français dans les commerces du centre-ville de Montréal et les jeunes en sont peu préoccupés, selon un sondage Léger-Le Journal. Mario Dumont voit la chose comme la «cerise sur le sundae» dans la foulée de tout le dossier du Bureau d’enquête.

• À lire aussi: Jeunes indifférents face au français

• À lire aussi: Employés unilingues anglais: plus ça change, plus c’est pareil

Les jeunes ne tiennent pas au français selon notre chroniqueur politique. «Ils sont dans une culture où ils sont citoyens du monde. Ce qui est important, c’est la planète et les animaux. L’humain, sa langue, sa culture, ce n’est plus important.» 

«Les jeunes adultes les plus éduqués sont ceux qui y tiennent le moins. En d’autres termes, plus tu es bilingue, plus tu te fous du français. Ceux qui disent tenir au français et on n’est même pas sûr qu’ils y tiennent, c’est parce qu’ils ne parlent pas anglais, ils ne sont pas bilingues», formule Mario Dumont.

La métropole s’anglicise selon lui. «C’est un raz-de-marée qui fait que le français recule à Montréal. Il doit y avoir des jeunes ce matin qui se demandent (à la lumière du sondage), c’est quoi le problème? J’allais dire What the ****?», rigole Mario Dumont.

*** Voyez l’intégrale de sa chronique dans la vidéo ci-haut.