/news/society

Emportée par la grippe à seulement 3 ans

TVA Nouvelles

Si la vaccination contre la grippe est habituellement réservée aux adultes ayant des problèmes de santé et aux enfants ayant des facteurs de risque, une maman de l’Outaouais a décidé de le faire par précaution, après avoir vu mourir sa fillette de 3 ans. 

• À lire aussi: La demande explose pour les vaccins contre la grippe en Ontario

• À lire aussi: Québec prépare une campagne de vaccination contre la grippe sans précédent

• À lire aussi: Mise en garde d’une mère qui a perdu sa fille à cause de la grippe

Charlotte était pourtant une petite fille en santé avant de contracter l’influenza. Le 14 janvier 2019, elle a commencé à être fiévreuse. Son état s’est rapidement détérioré, en moins de 24 heures.

La fillette qui demeurait en Outaouais a été transportée à l'hôpital. Elle a ensuite été transférée à l'Hôpital de Montréal pour enfants puis au CHU Ste-Justine où on a songé lui transplanter un nouveau foie.

«Là ils nous annoncent que le foie est mort... en plus, elle avait fait un IRM qui avait montré que le cerveau avait été atteint. Ça avait monté jusqu’au tronc cérébral et que si elle s’en sortait, elle ne pourrait plus bouger à partir de la tête, et encore, ils n’étaient pas certains», raconte sa maman, Nancy Bouchard en entrevue à TVA Nouvelles.

Charlotte est malheureusement décédée le 17 janvier 2019 de l'influenza, trois jours après l'apparition des premiers symptômes.

courtoisie de la famille

«C’est très rare de voir des décès d’enfants qui sont préalablement en bonne santé. Ça se compte sur les doigts d’une main au cours des 10 dernières années. Ça au moins c’est rassurant. C’est toujours tragique quand ça survient. Le problème des maladies infectieuses, c’est que c’est très démocratique et que bien qu’on pense que ce soit les gens qui ont des conditions médicales sous-jacentes qui ont les plus hauts risques de complications, une fois de temps en temps, il y a un enfant en bonne santé qui risque d’avoir des complications sévères et qui peut en décéder», a expliqué, la Dre Caroline Quach-Thanh, microbiologiste et infectiologue au CHU Sainte-Justine. 

Ce qui réconforte Nancy Bouchard, c'est de savoir que le coeur de sa fille a pu sauver la vie d'une personne grâce à la greffe cardiaque.

courtoisie de la famille

Les enfants en bonne santé n'ont pas à être vaccinés contre la grippe, mais ceux qui ont des conditions précaires oui. 

Le CHU Ste-Justine lance une campagne de vaccination qui s'adresse à ces jeunes et leur famille. Lorsque les enfants se font vacciner, les parents également doivent le faire afin de protéger toute la famille. 

Voyez le reportage de Harold Gagné ci-dessus.

Dans la même catégorie