/news/coronavirus

COVID-19: «Je ne veux pas leur transmettre ça comme cadeau de Noël»

TVA Nouvelles

Le sentiment de culpabilité après avoir transmis la COVID-19 à un proche qui développe de graves complications ou même qui succombe au virus après un rassemblement est souvent négligé. 

• À lire aussi: Rassemblements à 10 : «c’est préoccupant»

• À lire aussi: Un plan de match pour les Fêtes d'ici une semaine

Le chef des soins intensifs à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ), le Dr Mathieu Simon, souhaite que davantage d’emphase soit mise sur cet aspect dans le débat entourant les réunions familiales pendant les Fêtes.

«On ne veut pas casser le party, manifestement, et on comprend très bien les impératifs de santé mentale et juste d’humanité qui font qu’on aimerait bien se réunir pour les Fêtes de fin d’année, mais en même temps, ça présuppose, oui, les débordements dans les hôpitaux, mais beaucoup plus largement des drames humains et de la culpabilité», soutient-il en entrevue à Mario Dumont. 

Le Dr Simon croit que les Québécois pensent davantage aux conséquences physiques du coronavirus qu’au côté humain. 

«Les hôpitaux sont prêts à y faire face et c’est correct, mais ce à quoi on ne peut pas faire face, c’est le côté humain», affirme-t-il. 

Lui-même confie qu’il ne compte pas inviter ses proches pour célébrer les Fêtes. 

«Je ne veux pas leur transmettre ça comme cadeau de Noël», dit-il. 

Écoutez l’entrevue complète du Dr Mathieu Simon dans la vidéo ci-dessus.