/news/world

Une Montréalaise assassinée à Cuba

meurtre cuba

Photo Facebook

Une Montréalaise a été tuée en fin de semaine à Cuba avant d’être vraisemblablement ensevelie dans le sable d'une plage non loin d’où elle logeait durant son séjour. 

Antoinette Traboulsi, 52 ans, a été portée disparue samedi matin, dans le secteur du gîte touristique où elle devait passer ses vacances, près d’une plage de Varadero. 

«Elle y va trois ou quatre fois par année pour faire la fête. Elle a toujours une chambre là», confie son amie et collègue Mélissa Martineau, du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’Île de Montréal.

La travailleuse en entretien ménager est atterrie à Cuba vendredi dernier. Celle-ci devait aller rejoindre des amies le lendemain, mais ne s’est jamais présentée.

«Elle venait généralement chez moi tous les jours. J’étais un peu inquiète qu’elle ne soit pas venue samedi et qu’elle n’appelle pas. Je suis allée voir au gîte et elle n’était pas», nous raconte sa jeune amie cubaine Winnie Gonzalez.

La dernière personne qui a eu de ses nouvelles au Québec serait sa mère, vers 11h15, le lendemain de son arrivée.

Elle aurait été vue pour la dernière fois sur le site de la plage publique, au coin de la Calle 21 et de l’Avenida 1era.

Winnie Gonzalez

Photo tirée de Facebook

Winnie Gonzalez

Sans réponses  

Les proches de la mère de quatre enfants et amoureuse de Cuba ont été mis au courant de sa disparition lundi.

Depuis, ils ont multiplié les démarches afin de réussir à contacter les autorités cubaines et de l’Ambassade canadienne à Cuba. Or, personne ne leur avait confirmé quoi que ce soit jusqu’à hier.

Toutefois, un corps a été découvert mardi, enterré sous le sable de la même plage publique que fréquentait Mme Traboulsi, ont appris chez ses proches.

«J’ai une connaissance dont le père est policier là-bas. Il m’a confirmé que c’était bien elle. Elle avait des blessures au visage, le bas de son bikini est introuvable. Ça ressemble à un meurtre, détaille son cousin Sami Soussa, bouleversé. C’est un petit gars de 15 ans qui marchait sur la plage qui aurait vu un membre dépasser du sable.»

«À l’Ambassade, on nous dit qu’ils communiquent seulement avec la personne d’urgence qui est écrit sur son passeport. Nous, on est là dans le néant. Je veux juste savoir ce qui s’est passé. Je veux qu’on la rapatrie et qu’on trouve le coupable.»

Sami Soussa

Photo tirée de Facebook

Sami Soussa

Mauvaise rencontre  

L’amie de la disparue croit à l’hypothèse selon laquelle les autorités communiquent peu avec les familles afin d’étouffer les drames. « Cuba tente toujours de camoufler les histoires avec les touristes, dit Mélissa Martineau, qui soupçonne que son amie «Angie» ait fait la rencontre d’individus malveillants.

«C’est probablement un jeune homme qu’elle a croisé et qui a tenté de lui voler son argent», croit-elle. Elle décrit la voyageuse comme une femme joviale, aimante et incapable de rester en place. 

«Tu l’aimais ou tu ne l’aimais pas. Elle aimait beaucoup la musique cubaine et faire la fête, dit-elle. Elle était attachante.»

Affaires mondiales Canada a confirmé qu’une citoyenne canadienne avait été assassinée à Cuba et a offert ses condoléances à sa famille et ses amis.

«Les agents consulaires sont en contact avec les autorités locales pour recueillir des informations supplémentaires», nous a répondu son porte-parole Jason Kung.

Il s’agirait de la deuxième victime québécoise à être assassinée à Cuba en 2020. En février dernier, Nathalie Fraser y aurait été brutalement tuée par son conjoint. Sa famille avait également eu de la difficulté à obtenir des réponses des autorités locales.

 Écoutez la chronique de Félix Séguin sur QUB radio ci-dessous:

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.