/news/politics

Atteindre la «carboneutralité» au Canada en 2050

Agence France-Presse

Le gouvernement canadien a présenté jeudi un projet de loi pour permettre au Canada d'atteindre la «carboneutralité» dans ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050.

• À lire aussi: Legault promet de ne pas taxer les consommateurs pour réduire la pollution au Québec

• À lire aussi: Fini les véhicules à essence dès 2035

• À lire aussi: Plan vert : la CAQ manque d’ambitions, dit l’opposition

Ce projet vise à ce que les «engagements envers un objectif zéro émission nette d'ici 2050» pris par le gouvernement fassent partie de la loi, a indiqué le premier ministre Justin Trudeau.

«Il faut absolument réduire les émissions de gaz à effet de serre si on veut atteindre cette cible-là», et pas seulement les compenser, a admis M. Trudeau lors d'une conférence de presse.

Rien n'empêcherait un prochain gouvernement d'annuler cette future loi, a-t-il également reconnu.

In fine, «ce sera aux Canadiens de choisir des gouvernements qui sont sérieux dans la lutte contre les changements climatiques», a-t-il dit.

En outre, le projet de loi ne fixe aucun nouvel objectif de réduction des gaz à effet de serre du Canada pour 2030. Mais «nous allons excéder nos cibles», a promis M. Trudeau, sans préciser.

Le Canada s'est engagé, en ratifiant l'accord de Paris sur le climat, à réduire de 30% ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici 2030, par rapport à leur niveau de 2005.

Aucun des gouvernements qui se sont succédé à Ottawa au fil des ans n'est parvenu à atteindre les objectifs de réduction de GES qu'il s'était fixés.

Le plus récent bilan présenté par le gouvernement canadien montrait que les émissions du Canada avaient augmenté de 2% entre 2017 et 2018.

Le projet de loi vise à forcer le gouvernement à fixer des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre tous les cinq ans à partir de 2030 et à faire un rapport au Parlement après chaque étape.

Mais il ne contient aucune nouvelle mesure précise ou contraignante.

L'opposition a tiré à boulets rouges sur ce projet de loi, la cheffe des Verts, Annamie Paul, le qualifiant de «poudre aux yeux».