/finance/homepage

Starbucks va augmenter le salaire de ses baristas aux États-Unis

Agence France-Presse

Starbucks a décidé d'augmenter les salaires des employés travaillant dans ses établissements aux États-Unis, avec notamment une hausse d'au moins 10% pour les personnes préparant les cafés, a indiqué un porte-parole à l'AFP jeudi. 

Outre les baristas, les chefs d'équipes et serveurs embauchés avant le 14 septembre bénéficieront d'une majoration de même ampleur à partir du 14 décembre. 

• À lire aussi: McDonald's lance une ligne de produits végétariens sous le nom de «McPlant»

Pour ceux travaillant dans l'entreprise depuis au moins trois ans, l'augmentation sera d'au moins 11%.

Starbucks va aussi accroître les salaires accordés aux nouveaux employés de 5% afin que les responsables d'établissements puissent mieux attirer et retenir les nouveaux talents, a souligné le porte-parole.

Poursuivant le même objectif, le groupe va aussi amplifier le montant qu'il paye en plus du salaire minimum fixé dans les divers Etats du pays. 

Ces informations ont été communiquées aux employés dans une lettre le 2 novembre. 

«Depuis près de 50 ans, Starbucks est un chef de file en matière de prestations et d'avantages accordés aux employés à temps partiel et à temps plein», fait officiellement valoir le groupe.

Cette nouvelle augmentation du salaire horaire «représente une nouvelle étape dans l'engagement de l'entreprise à assurer le bien-être de ses salariés», ajoute Starbucks.

De plus en plus de grandes entreprises, comme Amazon, ont décidé de relever la rémunération horaire minimum qu'elles versent à leurs employés à 15 dollars.

Le futur président américain Joe Biden a, lui, promis de mettre en place un salaire minimum à 15 dollars de l'heure dans l'ensemble du pays. 

Le salaire minimum est actuellement de 7,25 dollars de l'heure au niveau fédéral mais une poignée d'Etats, en majorité démocrates -- Californie, New York, Massachusetts, Connecticut, New Jersey, Maryland -- l'ont récemment porté à 15 dollars comme le réclament les syndicats.