/news/currentevents

Criblé de balles en plein jour à Montréal

Maxime Deland | Agence QMI

La victime du meurtre commis en plein jour jeudi matin, dans le quartier Villeray, à Montréal, est un homme bien connu des policiers pour ses liens avec la mafia.

Selon nos informations, la victime est Frantz Louis, 50 ans. Il a été criblé de balles alors qu’il se trouvait seul à bord de son luxueux véhicule BMW garé sur la rue Fabre, non loin de l’intersection de la rue Tillemont.

Le crime, exécuté de manière professionnelle, a été commis vers 8 h 20. Frantz Louis était assis dans le siège du conducteur de sa voiture lorsqu’un suspect s’est approché, avant d’ouvrir le feu dans sa direction.

Au moins cinq projectiles d’arme à feu ont été tirés à travers la vitre du côté conducteur, atteignant le quinquagénaire au haut du corps.

«On a entendu des détonations et j’ai pensé que c’était peut-être quelqu’un qui venait de se faire tirer, a raconté une voisine qui était encore au lit au moment des événements. Mais en même temps, je ne voulais pas y croire: on ne pense jamais qu’un meurtre aura lieu devant chez soi.»

Après avoir accompli sa sale besogne, le tireur se serait sauvé à pied, mais il n’est pas exclu qu’un complice l’attendait en voiture à proximité pour faciliter sa fuite.

À l’arrivée des services d’urgence, la victime présentait de très graves blessures. «J’ai vu les policiers, avec les mains sur la poitrine du gars, qui pompaient, pompaient... Ils essayaient de le réanimer», a témoigné cette même voisine.

Frantz Louis a été transporté à l’hôpital dans un état critique. Il a finalement succombé à ses blessures dans les heures qui ont suivi.

Frantz Louis traîne plusieurs antécédents criminels depuis le début des années 90.

Sa dernière arrestation remonte en juillet dernier. Il avait été épinglé en compagnie de trois complices dans le cadre d’une vaste enquête du SPVM sur une organisation baignant dans le prêt usuraire et l’extorsion.

Selon les autorités, Frantz Louis et ses acolytes étaient associés à la mafia italienne et n’hésitaient pas à utiliser l’intimidation, les menaces et la violence pour parvenir à leurs fins. Il avait été libéré sous conditions en attente de son procès.

Le motif du meurtre n’a pas encore été établi. Le ou les suspects n’ont toujours pas été localisés.

Il s’agissait du 24e meurtre à être commis à Montréal depuis le début de l’année.