/news/coronavirus

Discothèque improvisée: 488 élèves en isolement à Lévis

Dominique Lelièvre | Journal de Québec

La police de Lévis mène une enquête à la suite d’une activité scolaire qui aurait dégénéré en plancher de danse avec plusieurs dizaines d’élèves à l’intérieur de l’école secondaire Pointe-Lévy, le 18-11-2020 avant-midi.

Capture d'écran

La police de Lévis mène une enquête à la suite d’une activité scolaire qui aurait dégénéré en plancher de danse avec plusieurs dizaines d’élèves à l’intérieur de l’école secondaire Pointe-Lévy, le 18-11-2020 avant-midi.

Près de 500 élèves de secondaire 5 de l’école secondaire Pointe-Lévy, à Lévis, doivent se placer en isolement préventif, à la suite d’une activité scolaire qui s’est transformée en plancher de danse pendant quelques instants.

• À lire aussi: Un plancher de danse dans une école secondaire à Lévis

Comme l’a rapporté Le Journal plus tôt cette semaine, un bon nombre d’élèves de secondaires 5 se sont attroupés pendant quelques minutes, le temps d’une danse, mercredi matin, dans les murs de l’établissement, lors d’une pause à la suite d’un déjeuner qui était destiné aux finissants.

La distanciation physique n’était visiblement pas respectée et, même si la plupart des élèves portaient le masque, il est difficile d’affirmer que tous le portaient.

Dans une communication adressée aux parents et obtenue par Le Journal, la directrice de santé publique de la Chaudière-Appalaches, Liliana Romero, rappelle que «des situations de ce type ont déjà entraîné une transmission communautaire importante».

De bonne foi

Elle recommande l’isolement préventif pendant deux semaines de toute personne ayant participé à cette discothèque improvisée.

Toutefois, comme il était impossible pour l’école d’identifier avec certitude les individus et groupes présents, ce sont tous les élèves de secondaire 5 qui, finalement, devront se confiner à la maison jusqu’au 2 décembre inclusivement.

«Il y a de fait 488 élèves qui seront à la maison en enseignement à distance pour une période de 14 jours», a confirmé Louise Boisvert, porte-parole du Centre de services scolaire des Navigateurs.

«Personne ne doute de la bonne foi des gens qui ont organisé cette activité pour les finissants. Si le déjeuner en classe en groupe-bulle était une bonne idée qui s’est avérée un beau succès, les risques ont visiblement été mal évalués pour la question de prévoir la présence d’un DJ», a continué Mme Boisvert, dans un courriel au Journal.

Dossier clos

En date de mercredi, aucun cas actif de COVID-19 n’est à déplorer à l’école secondaire Pointe-Lévy.

Dans une lettre ouverte, une étudiante a tenu à souligner que «le port du masque est très bien respecté à l’école» et à remercier le personnel qui fait «d’immenses efforts» pour offrir aux adolescents «un semblant de dernière année du secondaire».

«Pouvons-nous vivre de petits moments de bonheur, à 16-17 ans, à une étape cruciale de notre vie, sans se faire critiquer ouvertement et publiquement?», demande-t-elle.

De son côté, la police de Lévis, qui avait ouvert une enquête après la réception d’une plainte, a décidé de clore le dossier. «La direction a été bien sensibilisée à la problématique et a pris ses propres mesures», a indiqué le porte-parole Jean-Sébastien Levan.