/news/currentevents

Menaces contre la mairesse de Longueuil: la police épingle deux individus

Maxime Deland | Agence QMI

Agence QMI

La police de Longueuil confirme avoir arrêté deux individus dans la foulée des menaces proférées à l’endroit de la mairesse Sylvie Parent pour sa décision d’éliminer des cerfs au parc Michel-Chartrand.

• À lire aussi: Longueuil va de l'avant pour éliminer les cerfs

• À lire aussi: Menaces envers la mairesse: un homme arrêté

• À lire aussi: Manifestation contre l’abattage de chevreuils: Longueuil pressée d’étudier d’autres options

Les arrestations ont été effectuées mercredi et jeudi, à l’extérieur du territoire de Longueuil.

Les deux prévenus sont âgés de 26 et 37 ans.

Ils ont été libérés sous conditions en attendant la suite des procédures.

Leur dossier a été soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), qui déterminera si des accusations seront ou non portées contre eux.

«Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) poursuit par ailleurs son enquête relativement à d'autres cas de menaces, en lien avec le même dossier de la gestion de la population des cerfs à Longueuil. D’autres arrestations pourraient suivre dans cette affaire», a indiqué vendredi la police dans un communiqué.

Les autorités ont tenu à rappeler qu’il est «possible de débattre de vos idées, mais avec la plus grande prudence, que ce soit sur les médias sociaux, par téléphone ou en personne».

«Depuis la semaine dernière, plusieurs tranches de ces débats ont dégénéré et ont fait en sorte que des enquêtes de nature criminelle ont été ouvertes, menant jusqu’ici à trois arrestations», a fait savoir le corps policier.

Ces arrestations font suite à la décision de la Ville de Longueuil d’abattre la moitié des cerfs de Virginie présents dans le parc Michel-Chartrand. La trentaine de bêtes qui y ont été recensées menacent l’écosystème en mangeant la végétation.

Plus tôt cette semaine, le conseil municipal de Longueuil a voté pour la suggestion du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, et ce, malgré une pétition et de nombreuses questions des citoyens qui s’opposaient à cette démarche.