/sports/homepage

De l'aide pour les athlètes victimes d'abus

Agence QMI

La ministre déléguée à l’Éducation, responsable du loisir et du sport et de la Condition féminine, Isabelle Charest, a annoncé officiellement vendredi la création d’un bureau indépendant de gestion des plaintes pour les athlètes victimes d’abus sexuels et psychologiques.

La nouvelle avait déjà été rapportée, en exclusivité, par Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, vendredi matin.

• À lire aussi: Lyne Bessette a fait la paix avec Geneviève Jeanson

Le gouvernement du Québec s’attaque de front à des problèmes souvent évoqués. Le nouveau protocole de 1,4 million $ servira à protéger les athlètes qui ont souvent peur de dénoncer, de crainte que leur plainte soit étouffée par leur fédération.

«Souvent, les plaintes ne se faisaient pas car on avait peur des représailles», a reconnu la ministre Charest, visiblement fière de cette avancée.

«Le gesté posé aujourd’hui est un geste important, a pour sa part souligné Sylvain Croteau, directeur général de l’organisme Sport’Aide, un partenaire dont la mission est de promouvoir, assurer et favoriser des environnements sportifs sains et exempts de toute violence. Vraiment, ça va venir nous aider à aller plus loin en étant à l’écoute des besoins de la communauté sportive.»

Des précurseurs     

Cette annonce du gouvernement provincial laisse croire que des mesures seront également prises éventuellement à la grandeur du pays.

«On est des précurseurs, a mentionné la ministre Charest. On va espérer que le fédéral emboîte le pas. C'est un pas dans la bonne direction.»

Pour l'instant, les athlètes québécois oeuvrant au sein des fédérations nationales pourront évidemment faire appel au nouveau bureau indépendant.