/news/politics

Un premier Conseil national virtuel pour le nouveau chef du PQ

Mélissa Fauteux | TVA Nouvelles

Joël Lemay / Agence QMI

Paul St-Pierre Plamondon est fébrile, car samedi, il dirigera son premier conseil national du Parti québécois en tant que chef.

Un parti à rebâtir, des membres à unifier, mais le tout devra se faire en mode virtuel, Covid-19 oblige. Ce n'est donc pas une mince tâche.

«Je vais livrer un discours qui est spontané, authentique, sans volonté d'impressionner personne et en étant conscient que de toute façon, je ne l'aurai pas la réaction des gens, a expliqué le nouveau chef. Et ce qui est difficile, c'est qu'on ne sait pas si ce qu'on dit fait écho. Il n'y a que moi et la caméra.»

Mais Paul St-Pierre Plamondon maîtrise de mieux en mieux la technique.

Pendant 9 mois, le Parti Québécois a tenu ses débats en mode virtuel, tout comme sa course à la chefferie.

Dans le petit studio de Granby, l'homme de 42 ans nous présente les 5 ordinateurs dans lesquelles il pourra suivre les différents groupes de délégués du PQ. Au total, ils seront près de 250.

«Ils vont travailler simultanément sur la première proposition de notre programme. Comme nous ne pouvons pas avoir 250 personnes au même endroit, nous créons des salles virtuelles. Dans chaque salle, les participants discuteront d'une thématique différente. Ainsi, nous pourrons suivre l'évolution des travaux, qui évolueront en parallèle», a expliqué St-Pierre-Plamondon.

Cette formule de conseil national virtuel permettra également la présence d'observateurs, ce qui n'est pas le cas lorsque celui-ci est en présentiel.

Pour le chef du Parti Québécois, c'est un avantage. «C'est une façon qui est très fonctionnelle et qui probablement va demeurer après parce qu'il y a quelque chose de très efficace.»

Paul St-Pierre Plamondon a toutefois avoué qu’il s’ennuyait de ses collègues.

«C'est certain qu'on a hâte à notre congrès en personne, on a hâte de se retrouver. C'est quand même une nouvelle époque pour le Parti Québécois tant sur le plan des technologies que sur le plan du cycle politique qu'on amorce et qui est très tourné vers l'avenir.»

Le Conseil national sera diffusé en partie sur les réseaux sociaux, dont Facebook.

Dans la même catégorie