/news/law

Un prétendu courtier poursuivi à nouveau par l’AMF

Agence QMI

Un homme qui a déjà reconnu sa culpabilité à une centaine d'accusations déposées par l'Autorité des marchés financiers (AMF) dans le passé se retrouve une nouvelle fois dans la mire du gendarme financier.

Michel L'Italien fait face à deux chefs d'accusation d'exercice illégal de l'activité de conseiller en valeurs, a fait savoir vendredi l'Autorité par communiqué.

«Il aurait notamment conseillé à deux investisseurs québécois de liquider les fonds accumulés dans leur régime de retraite en vue d'investir dans des titres d'emprunt hypothécaire. Michel L'Italien a déjà été inscrit auprès de l'Autorité à divers titres, mais ne l'était pas au moment des faits reprochés.»

Cet homme a fait l'objet, en 2007, de deux ordonnances lui interdisant d'effectuer des opérations sur valeurs et d'exercer l'activité de courtier en valeurs. Il avait par ailleurs écopé d'amendes totalisant 500 000 $ en 2010, après avoir reconnu sa culpabilité à l'égard de 102 chefs d'accusation.

Dans ce dossier, ce conseiller financier fictif a floué des dizaines de citoyens de Sept-Îles et de Port-Cartier, sur la Côte-Nord. Près d’une vingtaine d’accusations étaient relatives à la diffusion d’informations fausses ou trompeuses. En fait, quelque 39 investisseurs avaient déboursé environ 660 000 $ pour acquérir des actions des sociétés Water Bank of America et Corporation financière Rockies en 2005 et 2006.

En outre, Michel L'Italien avait été radié temporairement de la Chambre de la sécurité financière en 2007, et ce, pour cinq ans.