/news/society

Une culture à changer

Roby St-Gelais

abus sexuel dans le sport

Photo d’archives

Le monde du sport demeure un terrain fertile pour les agresseurs sexuels. Des entraîneurs continuent de passer entre les mailles du filet malgré l’implantation de meilleurs outils pour prévenir les cas de violences sexuelles et d’abus psychologiques en milieu sportif au fil des ans.

• À lire aussi: Aide aux victimes d’abus en sports: «Une réponse directe à des histoires horribles»

Au Canada, l’affaire de l’entraîneur déchu Bertrand Charest, qui a agressé neuf jeunes skieuses de l’équipe canadienne junior de ski alpin, a éveillé les consciences sur cette problématique longtemps négligée, estiment les intervenants interrogés par Le Journal

Le scandale impliquant l’ancien médecin de l’équipe américaine de gymnastique, Larry Nassar, condamné en 2018 pour avoir commis des centaines d’agressions sexuelles sur de jeunes athlètes entre 1996 et 2014, a aussi levé le voile sur le climat malsain qui peut parfois exister au sein d’une organisation sans qu’aucune action ne soit posée. 

L’enjeu de performance et la culture du sport se retrouvent d’ailleurs au banc des accusés pour expliquer les failles du système qui ont de graves conséquences sur la vie des athlètes.

« Malheureusement, on a encore tendance à accepter et à banaliser des choses sous le couvert de l’acceptation de la performance à tout prix, de l’obsession des résultats et du développement d’un sportif [...] il y a des affaires dans la société qui, clairement, ne sont pas acceptables, mais parce qu’on arrive en environnement sportif, d’un coup, elles deviennent acceptables », soutient le directeur général de Sport’Aide, Sylvain Croteau. 

« Il y a encore des organisations qui acceptent des choses parce qu’un entraîneur X, Y ou Z peut amener un enfant à un autre niveau. Je ne dis pas que c’est partout, mais c’est encore là », ajoute-t-il.

Un respect essentiel 

L’organisme qui vise à favoriser un encadrement sain et sécuritaire a d’ailleurs développé la plateforme Sport Bien-être pour accompagner les athlètes, les entraîneurs, les parents et les arbitres victimes de violence ou d’intimidation en contexte sportif. 

Depuis sa création, en 2018, Sport’Aide a réalisé plus de 700 interventions. 

Pour Dominick Gauthier, ex-skieur acrobatique et fondateur de l’entreprise B2Dix, qui aide les athlètes d’élite à atteindre leurs objectifs, il n’y a rien qui justifie qu’un entraîneur agisse en bourreau au profit de la victoire à tout prix. 

« Oui, on est là pour gagner et pour avoir des discussions franches avec nos athlètes, mais dès qu’on franchit la barrière du respect, ça n’a pas sa place. Ce n’est pas vrai qu’en manquant de respect et qu’avec une approche harcelante, on va avoir le résultat qu’on veut. Si on a besoin de faire ça pour gagner des médailles, on est dans le champ gauche », a lâché celui qui a participé aux Jeux de Nagano en 1998. 

Directeur de la régie chez Hockey Québec, Yvan Dallaire observe qu’il peut être difficile pour une association sportive de constater que quelque chose cloche avec l’un de ses bénévoles.

« Ces gens-là, ce n’est pas écrit dans leur front que ce sont des abuseurs. Ils sont intelligents. Ils vont essayer de trouver le jeune vulnérable. »

Problématique récente 

Il y a deux ans, les fédérations québécoises ont décidé de mettre ce problème au cœur de leurs priorités. Même si la plupart d’entre elles avaient créé des politiques pour contrer le phénomène, elles n’y prêtaient pas aussi attention qu’aujourd’hui, selon SPORTSQUÉBEC.  

« Il faut toujours s’assurer que nos environnements sont sains et il faut toujours se questionner. Je ne dis pas que ce n’était pas le cas avant, mais est-ce que c’est beaucoup plus dans nos priorités et est-ce qu’on se questionne plus ? J’ai l’impression que oui », croit la présidente du regroupement, Julie Gosselin.

Mais pourquoi y a-t-il encore du boulot à accomplir afin d’enrayer toutes formes d’abus ? Le sujet était tabou il n’y a pas si longtemps. 

« C’est une problématique qui est venue aux oreilles des gens ça ne fait pas si longtemps, contrairement à la maltraitance des enfants, qui a reçu beaucoup plus de documentation scientifique [...] On ne peut pas cerner l’ensemble du problème et ça se peut qu’on soit un peu à la remorque présentement, mais ça ne veut pas dire qu’il faut rester à la remorque », soutient la professeure titulaire au Département d’éducation physique de l’Université Laval, Sylvie Parent, qui a fait de ce sujet son cheval de bataille.  

Un athlète sur quatre 

En 2018, une étude menée par Sylvie Parent auprès de 1000 athlètes âgés de 14 à 17 ans évoluant dans le sport organisé au Québec révélait que plus d’un quart d’entre eux (28 %) avaient été victimes d’un épisode de violence sexuelle. Selon les données colligées, les jeunes avaient été victimes de gestes non seulement de la part d’entraîneurs, mais aussi de coéquipiers. Un an plus tard, une enquête de CBC montrait que 340 entraîneurs du Canada avaient été accusés d’un délit sexuel entre 1998 et 2018. 

« Les garçons et les filles sont aussi à risque d’en vivre en contexte sportif [...] Puis, il n’y a pas de différences dans les types de sport et il existe une vulnérabilité [des athlètes] au niveau de l’élite et au niveau local », assure Mme Parent. 

Le modus operandi des prédateurs décortiqué  

Une étudiante de l’Université Laval est en train de documenter le modus operandi des entraîneurs qui agressent les athlètes sous leur responsabilité. 

L’objectif de ce projet de recherche est d’aider les organisations sportives à combattre ce fléau à la racine. 

« C’est bien beau de proposer des pistes de prévention et tout, mais si on ne comprend pas comment ils font pour s’en prendre aux athlètes et pour commettre leurs crimes, c’est difficile de proposer des pistes de solution adaptées », explique Élisabeth St-Pierre, étudiante à la maîtrise en psychopédagogie. 

La jeune femme décortique les cas judiciarisés d’environ 120 entraîneurs au Canada remontant aussi loin qu’aux années 1970 pour dresser un portrait clair des méthodes employées par l’agresseur typique en milieu sportif. Elle prévoit remettre le fruit de son travail dans quelques mois.

Six étapes clés 

Ses recherches montrent néanmoins jusqu’ici que le mode opératoire se déroule en six étapes. 

Seules les causes impliquant des hommes ont été retenues puisque l’échantillon du nombre de femmes accusées de crimes sexuels au pays est trop mince.  

  1. Cibler un athlète en particulier 
  2. Gagner la confiance 
  3. Exercer un contrôle sur l’athlète 
  4. Isoler l’athlète 
  5. Obtenir la participation de l’athlète dans les abus 
  6. Maintenir le silence/éviter le dévoilement de l’athlète  

« On fait ça pour proposer des pistes de solution en fonction de chaque étape pour arrêter le crime avant qu’il ne soit commis », souligne-t-elle. 

Jugements de la cour, articles de journaux, Élisabeth St-Pierre a passé au peigne fin des centaines de causes pour ressortir celles qui sont les plus documentées afin de mener à bien sa démarche. 

« Il nous fallait des causes pour connaître les détails. Parfois, quelqu’un a plaidé coupable, alors il n’y a pas grand-chose dans les jugements ou dans les articles de journaux. Puis, je n’ai recensé que deux [cas] de femmes au Canada au complet. »

Athlètes touchés

Même si elle n’a pas terminé la rédaction, un constat s’est dégagé en comparant les cas entre provinces et l’âge des victimes. 

« Ce n’est pas juste des athlètes de haut niveau qui sont touchés, il y en a vraiment au niveau local et régional, mais la façon de commettre le crime va être différente. Ce ne sera pas la même stratégie », affirme l’étudiante.

Dans la même catégorie