/finance/homepage

La folie des Fêtes est bien installée

Erika Aubin | Journal de Montréal

Files d’attente qui ne finissent plus, allées qui fourmillent et musique de Noël ; décembre n’est même pas arrivé que les boutiques et centres commerciaux sont déjà bondés de clients qui avaient bon espoir de magasiner leurs cadeaux en toute tranquillité malgré la pandémie. 

« En entrant dans le centre commercial, je me suis demandé pourquoi j’étais venue. Il y a tellement de monde ! J’ai voulu revirer de bord, mais ça va être bien pire dans deux semaines », lance Marie-Josée Bernier, qui faisait son magasinage du temps des Fêtes samedi aux Promenades Saint-Bruno, sur la Rive-Sud de Montréal. 

Elle s’est pourtant prise à l’avance afin d’éviter les attroupements par crainte de contracter la COVID-19. 

Mais il semblerait qu’elle n’est pas la seule à avoir eu cette idée. 

Le méga centre commercial de Saint-Bruno-de-Montarville grouillait de monde samedi après-midi. Même si la distanciation physique était difficile à respecter en raison de la foule, tous portaient le masque. 

Joël Lemay / Agence QMI

Le gouvernement avait fortement conseillé jeudi aux Québécois d’acheter leurs cadeaux avant le début du confinement volontaire le 17 décembre, s’ils avaient l’intention de festoyer du 24 au 27 décembre, quand les rassemblements de 10 personnes seront autorisés.

Un mois plus tôt  

« Habituellement, je commence mon magasinage le 22 décembre. Je me suis pris vraiment d’avance pour éviter les foules, mais on voit bien que ça n’a pas marché », raconte Thomas Minville en regardant autour de lui.

La folie du temps des Fêtes débute habituellement lors du Vendredi fou, à la fin novembre, pendant lequel les commerçants offrent des rabais avantageux.

Or, la folie a commencé au moins « un mois plus tôt » cette année, rapporte Camille Rioux, chef d’équipe chez Signé local, au Quartier DIX30, à Brossard.

Joël Lemay / Agence QMI

« Dès octobre, on avait déjà des clients qui cherchaient des cadeaux. Ils ont commencé aussi tôt pour éviter de faire la file les deux pieds dans la neige cet hiver », explique-t-elle.

Cette dernière remarque également un engouement pour l’achat local. 

« Les gens nous posent plus de questions, par exemple, sur la provenance de nos produits. Ils sont plus curieux », dit Mme Rioux. 

Bon pour le moral  

 Habituellement, chez Noël Magique Perrin, une boutique temporaire de décoration située à Brossard, c’est la première bordée de neige qui sonne le coup d’envoi pour la saison. 

Joël Lemay / Agence QMI

« Les clients n’ont pas attendu la neige ni même le mois de décembre cette année. Ils viennent chercher un peu de festif. Ce qu’ils nous disent le plus, c’est : “Ô mon dieu que ça fait du bien”. C’est bon pour le moral se mettre dans l’ambiance des Fêtes », rapporte la propriétaire Marie-Josée Forget. 

À Montréal aussi  

 Au Centre Eaton à Montréal, les files d’attente devant les boutiques UNIQLO, Canada Goose, Simons ou The North Face en ont découragé plusieurs, a pu constater le journal 24 heures.

Joël Lemay / Agence QMI

« Je pense que je vais acheter en ligne, y’a trop de monde », avoue Ketleen Monrose, qui cherchait de l’inspiration pour des idées cadeaux.

– Avec la collaboration de Camille Lalancette, Agence QMI