/news/world

Entre républicains et démocrates: les États-Unis restent profondément divisés

Agence QMI

Le président élu Joe Biden aura fort à faire pour apaiser les divisions aux États-Unis, laisse entendre une récente étude américaine qui souligne que la majorité des jeunes sont pessimistes pour l’avenir de leur pays, alors que la plupart des électeurs républicains croient encore Donald Trump quand il clame que le scrutin a été frauduleux.

Sur une échelle de 1 à 10, les électeurs républicains ne donnent en moyenne qu’une note de 3,1 lorsqu’on leur demande d’évaluer l’honnêteté des dernières élections.

• À lire aussi: Rudy Giuliani, du «maire de l’Amérique» aux théories complotistes

• À lire aussi: Twitter va remettre le compte @POTUS à Biden le jour de l’investiture

À titre de comparaison, les électeurs démocrates attribuent une note de 8,3 à la suite du scrutin duquel est ressorti vainqueur leur candidat, Joe Biden, au terme d’un dépouillement des votes enlevant dans plusieurs états-clés.

La fracture partisane reste «énorme», a déclaré au «National Post» Harold Clarke, professeur de l’Université du Texas à Dallas qui a codirigé cette étude.

Avenir sombre

Après avoir sondé 2500 Américains dans les jours qui ont suivi l’officialisation de la victoire de Joe Biden, les chercheurs ont aussi constaté que beaucoup de répondants étaient pessimistes pour l’avenir de leur pays.

Plus un électeur est jeune, plus il a de chance d’éprouver ce sentiment, a fait remarquer le professeur Clarke.

Là encore, un clivage partisan se dessine. Les républicains sont moins optimistes que les démocrates. Les électeurs afro-américains et asiatiques, qui ont voté en grande majorité pour Joe Biden, ont tendance à être particulièrement plus positifs que les Blancs, qui ont été plus nombreux à soutenir Donald Trump le 3 novembre dernier.

Sans surprise, on observe également un fossé énorme entre les deux camps lorsqu’il est question des médias, qui ont été la tête du Turc de Donald Trump tout au long de sa présidence.

Toujours sur une échelle de 1 à 10, les républicains estiment à 2 leur niveau de confiance envers les institutions médiatiques, alors que la moyenne pour les démocrates se situe à 6.