/news/coronavirus

La dangereuse tendance du masque sous le nez

TVA Nouvelles

Bien que les mesures sanitaires soient en place déjà depuis plus de huit mois au Québec, le masque est encore trop souvent mal porté, constate le virologue à la retraite, Jacques Doucet. 

En entrevue au Québec Matin, le spécialiste des maladies infectieuses a rappelé que la taille du virus SARS-CoV-2 est si petite qu’il est capable de s’infiltrer dans pratiquement n’importe quelle ouverture. 

«Il n’y a pas beaucoup de portes d’ouvertures pour que le virus entre chez l’humain. On parle du visage de la personne : les yeux, le nez, la bouche. C’est ce qu’il faut protéger parce que c’est par là que le virus va entrer», explique-t-il.  

«Notre arme c’est le masque, mais un masque il faut le porter convenablement. Moi j’ai vu plein de masques [portés sur le bout du nez] laissant des ouvertures de chaque côté sous les yeux permettant au virus d’entrer», démontre-t-il. 

Le masque porté sous le nez est également très répandu, et ne protège absolument pas. 

«Si vous prenez l’épaisseur d’un cheveu, vous pouvez aligner 1000 virus corona sur cette épaisseur. Ça ne prend pas une très très grosse ouverture pour permettre au virus d’entrer.»

«Quand je vais dans une épicerie, et je vois quelqu’un avec le masque sous le nez, j’aurais le goût de l’avertir, mais c’est difficile», conclut-il. 

***Voyez ses explications dans la vidéo ci-dessus. ***

Dans la même catégorie