/news/world

Paraguay: trois membres d'un groupe rebelle abattus

Agence France-Presse

Trois membres de la guérilla de l'Armée du peuple paraguayen (EPP), accusée de plusieurs enlèvements et assassinats, ont été tués par des militaires dans le nord du Paraguay, a annoncé samedi le président Mario Abdo Benitez.

«La force d'intervention conjointe (FTC)», une unité d'élite de l'armée paraguayenne, «rapporte trois personnes abattues appartenant au groupe criminel du nord (...) lors d'affrontements», a annoncé le chef de l'État sur son compte Twitter, en référence à la guérilla de l'Armée du peuple paraguayen.

L'EPP, qui se revendique d'obédience marxiste-léniniste, opère depuis 2008 dans le département de Concepcion, près de la frontière avec le Brésil, une des régions les plus pauvres du pays.

Le parquet a confirmé sur Twitter que des «affrontements ont eu lieu entre la FTC et des cellules de l'EPP».

Le ministre de l'Intérieur, Euclides Acevedo, a également indiqué que les membres de l'EPP avaient été tués lors d'affrontements avec la FTC, composée de policiers et de militaires.

AFP

Le gouvernement accuse l'EPP d'être responsable de l'enlèvement en septembre de l'ancien vice-président du Paraguay Oscar Denis (2012-2013), âgé de 74 ans, qui n'a toujours pas été localisé.

Selon les autorités, les affrontements ont eu lieu vendredi soir à Cerro Guazu, à 50 km de la ville de Pedro Juan Caballero, frontalière avec le Brésil.

En septembre, dans la même zone, deux fillettes âgées de 11 ans, vraisemblablement les filles de deux responsables de l'EPP, avaient été tuées lors d'affrontements avec l'armée qui avait attaqué un campement de la guérilla.

Ces affrontements avaient eu lieu à une cinquantaine de kilomètres du ranch de M. Denis.

L'EPP a émergé après une scission au sein du parti d'extrême gauche «Patria libre».

Les autorités lui attribuent une cinquantaine d'assassinats ainsi qu'une dizaine d'enlèvements.