/news/society

Plus de 1,1 million de dollars pour combattre la maltraitance des enfants

Agence QMI

Sad depressed boy with teddy bear

Photo Adobe Stock

Le gouvernement fédéral a annoncé vendredi un financement de plus de 1,1 million de dollars afin de soutenir deux organismes pour prévenir la maltraitance des enfants. 

Ce financement concerne le Centre d’expertise Marie-Vincent et la Ligue pour le bien-être de l’enfance du Canada, deux organismes « qui misent sur des approches novatrices et fondées sur des données probantes pour prévenir la maltraitance des enfants et aider ceux qui y ont survécu », a déclaré dans un communiqué la ministre de la Santé, Patty Hajdu.

Ainsi, le Centre d’expertise Marie-Vincent, situé à Montréal, recevra plus de 972 000 $ sur cinq ans afin de réaliser son programme Lanterne, qui vise à la création d’outils d’éducation à la sexualité pour prévenir la violence sexuelle envers les enfants.

Ce projet formera près de 1200 fournisseurs de services de garde de jeunes enfants et devrait concerner plus de 18 000 enfants et leurs familles.

« Nous croyons que nous avons tous un rôle à jouer pour protéger nos plus petits et nous le faisons en impliquant les parents, les éducatrices et les professionnel(le)s qui les côtoient au quotidien », a affirmé dans un communiqué la directrice générale de la Fondation Marie-Vincent, Stéphanie Gareau.

La Ligue pour le bien-être de l’enfance du Canada, quant à elle, obtiendra près de 146 500 $ sur une période d’un an et demi afin de joindre 2000 intervenants en protection de l’enfance à l’échelle du pays.

Au Canada, le tiers des adultes ont déclaré avoir été victimes de mauvais traitements lorsqu’ils étaient enfants, a fait savoir l’Agence de la santé publique du Canada.

« Les cas concernant des enfants signalés aux organismes de protection de l’enfance résultent souvent d’une combinaison toxique de problèmes au sein de la famille (problèmes de santé mentale, violence, traumatisme intergénérationnel et racisme, insécurité alimentaire et liée au logement et marginalisation économique) », a précisé dans un communiqué Rachel Gouin, directrice générale de la Ligue pour le bien-être de l’enfance du Canada.