/news/society

Un service qui désengorge les hôpitaux

TVA Nouvelles

De plus en plus de Québécois parviennent à éviter l’attente aux urgences.

Les hôpitaux doivent en effet une fière chandelle aux services des paramédics communautaires, qui se déplacent aux domiciles de blessés mineurs afin de prodiguer des soins.

• À lire aussi: 2100 appels par an en santé mentale

C’est le cas de Michèle Carignan, qui s’est blessée après avoir chuté chez elle.

Sa blessure dite légère a été traitée par un paramédic, qui a pris la situation en main dans le salon de Mme Carignan.

«Après ma chute. On m’a recommandé de faire le 911 pour avoir une ambulance. Ma surprise a été d’entendre cogner à ma porte 20 minutes plus tard, puis accueillir un paramédic, qui a pris la situation en charge», raconte-t-elle. 

Une méthode de travail révolutionnaire  

Le chef de division de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie (CETAM), Jérémy Ménard, affirme que cette méthode de travail est une véritable avancée pour le réseau de la santé, qui est par conséquent désengorgé. 

«Ce qui est révolutionnaire, c’est vraiment la prise en charge alternative, a-t-il expliqué. Ça permet de prendre le patient dans son milieu de vie et non de lui imposer une visite à l’urgence, ce qui pourrait être délétère et de délocaliser le patient.»

Depuis janvier, sur 245 appels semblables, 54% n’ont pas requis de transports à l’urgence.

«On ne dit pas que les gens n’allaient pas à l’hôpital pour rien. On dit qu’avec la nouvelle offre de service, ça offre une autre alternative», explique la directrice générale adjointe du CISSS de la Montérégie-Centre. 

Pour l’instant, les soins à domicile étaient pour les patients de 65 ans et plus. Le projet a connu tellement de succès, qu’il sera désormais possible d’avoir accès droit à des soins dans son salon à partir de 50 ans. 

Ce service offert exclusivement dans les municipalités de Saint-Hubert, Saint-Lambert et Greenfield Park sera élargi dès décembre. Tout le territoire du Haut-Richelieu pourra compter sur l’aide des paramédicaux.