/buzz/homepage

«Ne laissez pas les orignaux lécher votre voiture»

TVA Nouvelles d'après CNN

Parc Canada

La ville de Jasper dans l’Ouest canadien, a fait paraître un message qui peut sembler inhabituel sur ses panneaux d’affichage temporaires en bordure de la route, en Alberta. 

«Ne laissez pas les orignaux lécher votre véhicule», est-il écrit. Si certaines personnes pourraient croire à une blague, il n’en est rien. 

Les orignaux adorent le sel, il s’agit d’une véritable friandise pour eux. Le sel de déglaçage, qui s’accumulent sur les véhiculent, attirent les orignaux.

«Ils sont obsédés par le sel, c'est l'une des choses dont ils ont besoin», explique à CNN le porte-parole du parc national Jasper, Steve Young. 

«Ils l'obtiennent généralement dans les lacs salés du parc, mais ils se sont rendu compte récemment qu'ils peuvent aussi en obtenir sur les véhicules. 

Au parc national Jasper, les gens se garent souvent sur le bord de la route dans l'espoir d'apercevoir ces animaux, mais les laisser approcher de votre voiture est dangereux. 

Les bêtes s’habituent ainsi à être près des véhicules routiers, à s’en approcher en ignorant les dangers. Ainsi les risques de collisions avec ceux-ci pourraient augmenter. 

«L'orignal et les voitures ne font pas bon ménage», ajoute le porte-parole. 

La meilleure façon d'empêcher un orignal de lécher de votre voiture est simplement de s'éloigner. Il est également recommandé de rester dans la voiture pour éviter tout contact avec les bêtes, et donc, les interactions avec la faune. 

Alors que d'autres animaux s'enfuient généralement à l'approche des humains, l'orignal tiendra bon et chargera s'il se sent menacé.

«Nous avons vu beaucoup plus d'orignaux ces derniers temps. La population de loups diminue, ce qui signifie qu'il y a moins de prédateurs et que la population d'orignaux augmente. Cela signifie également que les gens doivent être respectueux et leur donner de l'espace», précise M. Young. 

Les visiteurs ne sont pas autorisés à nourrir, attirer ou déranger la faune dans les parcs nationaux.

Les contrevenants pourraient faire face à des amendes allant jusqu'à 25 000 $.