/news/coronavirus

Nette amélioration dans nos résidences et CHSLD

TVA Nouvelles

Les nouvelles mesures instaurées par le gouvernement Legault et les efforts déployés par tous les employés dans les résidences pour aînés pour contrer la COVID-19 semblent porter fruits : de moins en moins d'établissements sont en situation critique. 

Après un printemps sombre, les plus récents chiffres sont encourageants avec 308 décès en novembre. Le bilan a radicalement diminué au cours du dernier mois, ce qui indique que la situation s'améliore.

• À lire aussi: Le Saguenay-Lac-Saint-Jean a un mois pour inverser la tendance, dit le Dr Arruda

«Nous avons embauché 7000 préposés aux bénéficiaires et nous sommes en train de terminer une autre cohorte de 3000 préposés. Nous avons nos champions en prévention et contrôle des infections et on a de l’équipement de protection», a déclaré la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants.

Le Centre d'accueil Marcelle-Ferron de Brossard a connu des semaines difficiles dernièrement avec 33 décès, mais la tendance a été renversée. Une employée rencontrée par TVA Nouvelles tenait à parler non pas des cas de COVID, mais plutôt des patients rétablis.

«Le moral est mieux parce qu’il y a moins de cas actifs et moins de cas qui sont déclarés chaque semaine, a-t-elle raconté au TVA Nouvelles midi, dimanche. Il y a des étages où il n’y en a plus du tout.

«Ça fait deux semaines que les troisième et le quatrième étages n’ont pas de cas positifs.»

La situation s’était détériorée dans les établissements pour personnes âgées au printemps dernier. En avril, plus de 2300 décès dans les CHSLD et les résidences privées ont été enregistrés.

En plus de féliciter le travail colossal des employés, la ministre rappelle que tous les nouveaux efforts déployés par le gouvernement aident grandement. 

Il n'y avait plus que trois établissements en situation critique, dimanche, alors qu'il y en avait six en date de vendredi.

«Le personnel va continuer ses efforts. Ça prend un gros cœur pour travailler dans ces milieux. On ne leur dit jamais assez merci», conclut Mme Blais.