/news/politics

Québec solidaire propose un «impôt de pandémie»

Agence QMI

Les entreprises qui se sont enrichies pendant la pandémie devraient payer un impôt spécial, jugent les militants de Québec solidaire qui ont réclamé dimanche que les Québécois les plus riches et les entreprises les plus polluantes aident aussi à éponger le déficit causé par la COVID-19.

Les militants, réunis lors d'un congrès virtuel qui s'est conclu dimanche, ont voté en faveur d'un «bouclier anti-austérité» composé d'une série de mesures visant à générer des revenus pour l'État pour éviter une vague d'austérité dans la fonction publique et les services.

• À lire aussi: Équilibre budgétaire: Québec solidaire veut épargner les PME

• À lire aussi: St-Pierre Plamondon veut «démondialiser» et «décanadianiser» le Québec

Ainsi, QS propose d'augmenter de moitié le taux d'imposition des entreprises qui ont fait d'importants profits pendant la pandémie, pour le faire passer de 11,6 % à 17,4 %, avec une exception sur le premier 500 000 $ de revenus pour protéger les PME.

Le plan de la formation de gauche prévoit aussi que les plus grandes fortunes du Québec seraient assujetties à un impôt sur leurs avoirs. Celui-ci commencerait à 0,1 % pour quiconque possède plus de 1 million $ et grimperait jusqu'à 3 % pour les fortunes dépassant 1 milliard $.

Une hausse de 30 % du prix de la tonne de carbone pour les grands pollueurs est aussi proposée.

Mises ensemble, ces mesures permettraient de générer quelque 9 milliards $ par année, ce qui permettrait de «réinvestir massivement» dans les services publics, tout en finançant la relance économique post-COVID, a avancé Québec solidaire.

«Les Québécoises et les Québécois ont fait leur part. Ils ont déjà payé pour la crise. Ils ont déjà fait assez de sacrifices. C’est au tour de ceux qui en ont profité de faire leur juste part et de payer la facture», a soutenu le co-porte-parole du parti, Gabriel Nadeau-Dubois.

Un récent sondage mené par la firme Abacus Data semble apporter de l'eau au moulin des militants de QS. Selon ce coup de sonde, 78 % des Québécois seraient en faveur (41 %) ou très en faveur (37 %) de l'imposition d'un impôt sur la richesse au pays qui viserait les gens détenant au moins 20 millions $.