/regional/montreal/monteregie

À la défense des cerfs, Me Goldwater ne dort plus

TVA Nouvelles

Anne-France Goldwater est une amie des animaux. L’avocate se porte maintenant à la défense des cerfs du parc Michel-Chartrand à Longueuil. Elle s’associe à l’organisme Sauvetage Animal Rescue afin de contrecarrer les plans de la Ville qui compte abattre la moitié des cervidés malgré le tollé de protestations.

En point de presse sur zoom cet après-midi avec Éric Dussault DG opération et formation chez Sauvetage Animal Rescue, l’avocate a affirmé que des mesures judiciaires pourraient être entreprises si la Ville de Longueuil ne recule pas, mais qu'elle privilégie le dialogue. 

L'avocate a aussi fait savoir que le propriétaire d’une île au Québec exempte de prédateurs serait prêt à accueillir la quinzaine de cerfs de Longueuil. D'autres options sont aussi proposées par Sauvetage Animal Rescue.

• À lire aussi: Longueuil : Anne-France Goldwater se porte à la défense des cerfs

• À lire aussi: La Ville de Longueuil jugée seule responsable de l’abattage des cerfs

• À lire aussi: Longueuil va de l'avant pour éliminer les cerfs

«La pire chose que l’on peut faire, c’est de les abattre, a répété l’avocate. Quelle horreur que l’abattage des cerfs aux deux trois ans. (...) Ce n’est pas mon intention pour le moment de faire une procédure (devant les tribunaux)», assure Me Goldwater. 

Elle préfère trouver un règlement concernant les cervidés avec la Ville de Longueuil et se dit toujours disponible. 

Me Goldwater demande de plus aux gens de cesser de blâmer la mairesse de Longueuil et les élus de la Ville, car dit-elle, c’est le gouvernement qui s’occupe de la gestion des cerfs, rappelle-t-elle.

Son message sur Facebook   

La célèbre plaideuse a même publié, hier, un message sur sa page Facebook afin d’exprimer sa prise de position. Elle a renouvelé sa position en point de presse aujourd'hui.

«Je ne peux pas dormir.

J'étais à la manifestation aujourd'hui, devant la mairie.

Coût pour la ville de SAUVER ces cerfs: ZERO.

Coût pour la ville de les abattre, contre la volonté des résidants de la ville: 65 000 $

Hmmm.

Un cerf donne 55 livres de viande, une biche, 44 livres. Donc, 50 livres en moyenne.

Ils vont abattre 15 cerfs. Donc, 750 livres.

Divisons le pris du contrat: 65 000 $ / 750 livres.

Donc, nous allons offrir de la viande «aux pauvres» à un coût de 86,68 $ la livre.

Visitons Costco: du filet mignon de qualité coûtera approx 20 $ la livre. (Et je ne discute pas ici pourquoi on devrait encourager les gens à continuer à consommer de la viande...)

Mais vous serez en accord avec moi qu'il coûterait BEAUCOUP moins cher d'offrir du filet mignon «aux pauvres»... DE MONTRÉAL. Est-ce que les contribuables, les résidants de la Ville de Longueuil, ont consenti à cette démarche?

Posez la question, c'est y répondre.

ENFIN: si on choisit la voie de l'abattage, les survivants vont devenir plus fertiles et nous allons nous retrouver avec la même situation de surpopulation d'ici un an ou deux.

S'AGIT-IL D'UNE GESTION SAINE DES ANIMAUX? BIEN SÛR QUE NON.

J'invite la mairesse de la Ville de Longueuil de s'asseoir avec moi dès lundi matin, et ensemble, nous trouverons les bonnes solutions, pratiques, humaines, non couteuses, protégeant ainsi la qualité de vie des humains et des animaux autour de nous que nous apprécions», conclut Me Goldwater.