/finance/homepage

Boralex investit dans sept parcs solaires américains

Agence QMI

Boralex deviendra le propriétaire majoritaire de sept parcs solaires aux États-Unis pour la somme de 238 millions $. 

L’entreprise québécoise a conclu lundi une entente pour acquérir les actifs de Centaurus Renewable Energy LLC (CRE) et d'autres investisseurs, qui resteront toutefois partenaires minoritaires.

«L'acquisition des participations financières de Centaurus dans sept parcs solaires marquera l'entrée de Boralex dans les marchés de la Californie, de l'Alabama et de l'Indiana. Ce sont des actifs de haute qualité, sécurisés par des contrats d'achat d'électricité à long terme, ce qui cadre parfaitement avec les orientations de croissance et de diversification de notre plan stratégique 2023», a affirmé Patrick Lemaire, président et chef de la direction de Boralex, par communiqué, lundi.

Ces sept parcs solaires en exploitation génèrent une puissance installée brute de 209 MWac. Avec cette acquisition, Boralex détient donc 118 MWac de ce total.

«Nous sommes extrêmement heureux de la stabilité des flux de trésorerie et du fort potentiel de croissance que cette transaction apportera à Boralex. Cette transaction contribuera immédiatement aux flux de trésorerie discrétionnaires par action et sera un tremplin à notre participation dans ces nouveaux marchés énergétiques régionaux, particulièrement celui de la Californie», a ajouté Patrick Lemaire.

Ces installations produisant de l’électricité grâce au soleil ont été mises en service de 2014 à 2017. Elles ont notamment des contrats de vente à long terme avec des établissements solides comme la Regents of the University of California, l’Alabama Power Company, PG&E, Southern California Edison, la ville de Palo Alto et Indianapolis Power & Light.

La transaction annoncée lundi devrait être finalisée d’ici la fin de l’année si toutes les obligations réglementaires sont approuvées par les autorités.

Toutefois, dans le cas du parc solaire Lafayette en Alabama, l'entreprise Alabama Power a un droit de refus et peut l’acquérir dans un délai de 60 jours au prix offert par Boralex. La compagnie montréalaise devra donc attendre la décision d'Alabama Power avant de savoir si elle peut mettre la main sur ce parc solaire.