/news/coronavirus

COVID-19: La «bulle de l'Atlantique» éclate

Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

La seconde vague de COVID-19 continue à pousser les Canadiens à se confiner, au point d'être parvenue à faire éclater la «bulle de l'Atlantique» lundi. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Inquiètes de voir la seconde vague commencer à déferler chez elles en raison des hausses au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, les deux provinces insulaires de l'est du pays, l'Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador ont annoncé qu'elles quitteront la bulle, respectivement mardi et mercredi, pendant au moins deux semaines, le temps de laisser la poussière retomber.

Lancée le 3 juillet dernier, la bulle permettait aux citoyens des quatre provinces de l’Atlantique de voyager d'une à l'autre sans avoir à se placer en isolement 14 jours. Avec la mise sur pause de ce programme, les voyageurs devront se placer en quarantaine à leur arrivée et même obtenir une autorisation de déplacement pour se rendre à l'Île-du-Prince-Édouard.

«Il est probable que l'Île-du-Prince-Édouard va avoir des cas liés aux éclosions déjà en cours ailleurs au Canada. En d'autres mots, je suis préoccupé à l'idée que le virus puisse être déjà ici. J'ai déjà dit que la COVID-19 cogne à notre porte et, dernièrement, elle cogne de plus en plus fort», a confié la médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Heather Morrison, tout en dévoilant un nouveau cas recensé sur l'île.

«C'est un effort pour protéger notre économie. [...] Personne ne veut d'un autre confinement complet comme celui que nous venons de traverser», a indiqué de son côté le premier ministre de Terre-Neuve, Andrew Furey, en marge de l'annonce de deux nouvelles infections.

Longtemps épargnées par la COVID-19 en cette deuxième vague - exception faite d'une éclosion au Nouveau-Brunswick -, les provinces de l'Atlantique voient leur nombre de cas grimper continuellement depuis la mi-novembre, suscitant une certaine inquiétude parmi la population et les gouvernements. Le Nouveau-Brunswick a d'ailleurs annoncé 15 cas et un décès lundi, tandis que la Nouvelle-Écosse a fait état de 11 tests positifs.

Toronto confinée

La fin de la bulle en Atlantique survient alors que la plus grande ville du pays, Toronto, a entamé lundi une période de quatre semaines d'un confinement digne du printemps dernier en compagnie de la région de Peel, qui couvre notamment les villes de Mississauga et Brampton.

Cette période s'est amorcée de mauvais augure alors que l’Ontario a, une fois de plus, battu le record canadien en dévoilant 1589 infections recensées en 24 heures, dépassant la précédente marque de 1588 cas établie par cette même province samedi.

Malgré tout, le gouvernement ontarien a annoncé, lundi, qu'il prolongera le mandat de son médecin hygiéniste en chef, le Dr David Williams. «Je ne crois pas qu'il faut changer de partenaire de danse au milieu de la danse et c'est un grand danseur», a imagé le premier ministre Doug Ford.

Encore des records

Outre l'Ontario, le Manitoba a aussi dépassé son sommet en ajoutant 543 contaminations au compteur, en plus de sept décès, malgré l'imposition d'un confinement complet à la grandeur de la province.

Le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Brent Roussin, s'est tout de même montré encourageant en soulignant que le nombre de contacts par personne atteinte par le SRAS-C0V-2 diminue, ce qui pourrait se traduire par un ralentissement de la progression de la maladie.

De son côté, la Saskatchewan a dévoilé 235 cas de plus, ainsi qu'un record de quatre décès. De plus, le premier ministre Scott Moe a dû se placer en isolement préventif après avoir été en contact avec une personne infectée dans un restaurant il y a une semaine.

Plus à l'ouest, l'Alberta s'est rapprochée de son record de 1584 cas dimanche avec 1549 nouvelles infections lundi, en plus de cinq décès.

La Colombie-Britannique, elle, a rapporté 1933 contaminations et 17 décès de plus, mais ces données couvrent les trois derniers jours.

Et le Québec...?

Allant à contre-courant de la tendance nationale, le bilan québécois a continué à stagner, lundi, avec 1164 cas, tandis que le nombre de décès a chuté pour s'établir à 13. Le nombre d'hospitalisations, y compris aux soins intensifs, a aussi légèrement diminué.

Rappelons que le Québec a assisté, au cours de la dernière semaine, à une diminution de près de 10 % du nombre de cas de COVID-19 cumulé par jour, par rapport à la semaine précédente.

Au total, pas moins de 7053 cas et 66 décès se sont ajoutés au bilan canadien, le faisant grimper à 337 543 personnes infectées à ce jour, incluant 11 521 Canadiens qui ont péri tout en étant porteurs du virus.

La situation au Canada

Québec: 133 206 cas (6842 décès)

Ontario: 105 501 cas (3505 décès)

Alberta: 48 421 cas (476 décès)

Colombie-Britannique: 27 407 cas (348 décès)

Manitoba: 14 087 cas (229 décès)

Saskatchewan: 6708 cas (34 décès)

Nouvelle-Écosse: 1179 cas (65 décès)

Nouveau-Brunswick: 445 cas (7 décès)

Terre-Neuve-et-Labrador: 321 cas (4 décès)

Nunavut: 132 cas

Île-du-Prince-Édouard: 69 cas

Yukon: 39 cas (1 décès)

Territoires du Nord-Ouest: 15 cas

Canadiens rapatriés: 13 cas

Total: 337 543 cas (11 521 décès)