/news/coronavirus

Dépistage de la COVID-19: les labos de Québec tournent à plein régime

Dossier spécial- CHU de Québec

Photo courtoisie

Les analyses des prélèvements de dépistage de la COVID-19 ne cessent d’augmenter dans la région de Québec depuis le début de la pandémie, ayant atteint un pic inégalé le mois dernier.

• À lire aussi: Au coeur de la bataille dans cinq hôpitaux

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Au total, 81 350 analyses ont été faites en octobre, une augmentation de 58 % par rapport au mois d’avril, le plus fort de la première vague à Québec.

Les laboratoires d’analyse de prélèvements fonctionnent à plein régime dans la région, si bien que deux nouveaux seront inaugurés d’ici le mois de décembre, afin de répondre à la demande grandissante liée aux tests de dépistage de la COVID-19. Un investissement de 138 000 $, qui permettra de faire passer de près de 2100 à 2400 la capacité quotidienne d’analyses de prélèvements.

Malgré la hausse importante de prélèvements à analyser, le nombre de résultats positifs oscille en moyenne autour de 5 %. «Ça ne se traduit pas nécessairement en nombre d’individus positifs, puisqu’une même personne peut se faire tester plusieurs fois», précise Martin Coulombe, microbiologiste et directeur adjoint à la Direction médicale des services hospitaliers, responsable des laboratoires.

Deux nouveaux laboratoires

Actuellement, sept laboratoires permettent l’analyse des tests de dépistage de la COVID-19 dans la région. Ils sont situés au CHUL, à l’IUCPQ, à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à l’Hôtel-Dieu, à l’Hôpital de La Malbaie, aux Îles-de-la-Madeleine et plus récemment à l’Hôpital Saint-François d’Assise. 

D’ici le mois de décembre, des nouveaux laboratoires verront le jour, soit à l’Hôpital du Saint-Sacrement et à l’Hôpital régional de Portneuf. 

«En temps normal, nous avons une vingtaine de millions d’analyses de prélèvement à faire par année. Depuis mars, la COVID s’ajoute à la charge de travail», explique M. Coulombe, précisant qu’une cinquantaine de techniciens sont maintenant entièrement affectés à la COVID-19, 24 heures sur 24.

Pour expliquer les importants retards dans la transmission des résultats au mois de septembre, M. Coulombe indique qu’à cette période, le nombre d’analyses quotidiennes est grimpé à 3000, occasionnant ainsi de «l’accumulation dans les frigos».

Été chargé

Contrairement à la situation dans les hôpitaux, les laboratoires ont été «débordés» lors de la saison estivale, en raison des nombreux dépistages massifs, dont celui survenu après l’éclosion au Costco de Lebourgneuf. 

L’analyse d’un test de dépistage par étapes    

  1. Prélèvement chez le patient 
  2. Transport 
  3. Arrivée de la glacière en laboratoire 
  4. Décontamination 
  5. Triage des prélèvements par ordre de priorité (24 échelons de priorité) 
  6. Encodage des prélèvements 
  7. Processus d’analyse 
  8. Validation des résultats 
  9. Émission du résultat vers le médecin de l’urgence ou la Santé publique   

Nombre de prélèvements analysés dans la région de Québec     

  • Mars : 5393  
  • Avril : 14 493  
  • Mai : 23 437  
  • Juin : 21 286  
  • Juillet : 36 663   
  • Août : 45 824  
  • Septembre : 75 931  
  • Octobre : 81 350  
  • Novembre : 41 839 au 19 novembre