/regional/estduquebec/basstlaurent

Des partys font monter les cas à Rimouski

Vanessa Limoges | TVA Nouvelles

La situation s'envenime dans la région de Rimouski, où des partys privés ainsi qu'une soirée dans un bar ont engendré des dizaines de nouveaux cas et la fermeture temporaire d'un CPE.

• À lire aussi: Promoteur de la porno, faux noms et éclosion de la COVID-19

• À lire aussi: Éclosion au bar La P’tite grenouille de Rimouski

«Notre situation était favorable avant ces partys. Depuis, on a eu des cas positifs qui y sont associés et ces cas ont fait d'autres cas, qui ont à leur tour généré d'autres cas. Actuellement on essaie de contrôler ce que ça généré», a indiqué le Dr Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent.

Depuis vendredi dernier, la région de Rimouski-Neigette a enregistré 44 cas de COVID-19.

L'enquête épidémiologique de la santé publique révèle que la plupart des nouveaux cas sont reliés aux soirées privées qui ont eu lieu entre le 12 et le 14 novembre à Rimouski, incluant une soirée très festive au bar la P'tite grenouille.

Le CPE la Trâlée des Prés de Rimouski, qui accueille 80 enfants, est désormais aux prises avec une éclosion, et trois membres du personnel sont infectés par la COVID-19.

Les enfants qui fréquentent ce CPE ont passé des tests de dépistage au cours des dernières 24 heures sur une base préventive et volontaire. Les résultats de ces tests seront connus dans les prochaines heures. Le CPE demeurera fermé jusqu'au 4 décembre.Le directeur de la santé publique a précisé que cela n'implique pas que les employés en question ont participé à ces fêtes, mais plutôt qu'ils connaissaient des gens qui s'y trouvaient.

L'hôpital régional de Rimouski est également frappé par une éclosion de COVID-19 au sein de l’une de ses unités d’hospitalisation. Quatre employés ont reçu un test positif, mais pour l'instant aucun usager n’est touché.

Trois éclosions à Matane

Trois milieux d'hébergement sont désormais frappés par des éclosions à Matane.

Le CHSLD est frappé d'une éclosion qui touche pour le moment dix résidents, dont un a perdu la vie, et cinq travailleurs. Deux autres résidences privées pour personnes aînées se trouvent toujours dans une situation qualifiée de critique : la Résidence des Bâtisseurs ainsi que la résidence des Sages.