/news/coronavirus

Le propriétaire du Pho King Bon fait volte-face

Simon Dessureault

Photo Agence QMI, Simon Dessureault

Le propriétaire du restaurant Pho King Bon de Rosemère qui voulait défier le gouvernement n’a pas ouvert sa salle à manger comme prévu, lundi, et prépare maintenant une manifestation.

Guillaume Boutin a mentionné sur la page Facebook de son restaurant que «la Santé publique a demandé à la police de Thérèse-De Blainville d’assurer une présence policière afin de distribuer des constats d'infractions au montant de 1500 $ si la salle à manger est ouverte. Nos avocats nous ont aussi avertis que l'on risquait de perdre notre permis d'alcool, ce qui est absurde.»

Plus de 500 personnes avaient manifesté leur intérêt à aller au Pho King Bon durant la semaine, selon M. Boutin, qui avait annoncé l’ouverture en grande pompe la semaine passée lors de diverses entrevues dans les médias.

«Que le gouvernement appelle directement la police pour s’en prendre à un restaurant, c’est exagéré», a déploré Guillaume Boutin, en entrevue avec l’Agence QMI, lundi.

«J’aurais payé les contraventions et des centaines de personnes étaient prêtes à contester leur amende, a ajouté le restaurateur. Mais je ne veux pas risquer le permis d’alcool, quand tu le perds, ce n’est pas facile à retrouver.»

L’homme d’affaires songe à organiser une manifestation contre la fermeture des restaurants, alors qu’il prépare un nouveau plan d’action pour les prochains jours.

«Je suis en train d’évaluer la légalité de la chose pour manifester et faire réagir le gouvernement», a expliqué M. Boutin, disant qu’il n’a pas encore prévu de date à cet effet.

Guillaume Boutin se dit aussi prêt à augmenter les mesures de sécurité dans son restaurant, en réduisant notamment la capacité intérieure de 40 %.

«On désinfecterait les toilettes après chaque usage et on demanderait aux gens d’aller aux toilettes le moins souvent possible», a-t-il notamment mentionné. Il dit posséder tout l’équipement de protection nécessaire, telles les lunettes et les visières.

Le restaurateur a également lancé une pétition nommée «Pour l’ouverture des restaurants le 23 novembre 2020», qui comptait déjà près de 1500 signatures en début d’après-midi, lundi.

«Nous sommes oubliés des gouvernements! Aucune aide financière n’a été apportée depuis la fermeture des restaurants en octobre 2020. Notre survie et celle de nos employés en dépend[ent]!» est-il notamment écrit sur la pétition.

Rappelons que le gouvernement interdit l’ouverture des salles à manger des restaurants en zone rouge, n’y autorisant que la livraison, les mets pour emporter et les commandes à l’auto. En zone orange, les restaurants ne doivent pas avoir plus de six personnes par table.