/news/coronavirus

Le vaccin d'AstraZeneca permettrait «de vacciner plus de monde»

Par Marie-Morgane LE MOEL| AFP

Les annonces d'efficacité des potentiels vaccins contre le Covid-19 se multiplient. Dernier en date, celui développé par le laboratoire britannique AstraZeneca et l'université d'Oxford, qui présente des données intéressantes pour la santé publique, explique Olivier Nataf, président du laboratoire pour la France, dans un entretien à l'AFP.

• À lire aussi: Vaccination : toujours aucune date au Canada
• À lire aussi: Les plus pauvres risquent d'être «piétinés dans la ruée sur les vaccins»

QUESTION: Votre vaccin est efficace à 70%, soit moins que celui de certains concurrents, pourriez-vous expliquer ces données?

REPONSE: 70%, c'est le résultat d'une analyse combinée. La donnée d'efficacité a été démontrée, selon deux schémas posologiques.

Dans un schéma consistant à donner une demi-dose, puis une dose complète un mois après, l'efficacité a été de 90%. Ensuite, dans un schéma consistant en une dose, puis un mois plus tard une autre dose, l'efficacité est de 62%.

C'est un enseignement intéressant: le schéma une demi-dose plus une dose peut devenir quelque chose que l'on suit, il y a là une opportunité de disponibilité pour la population, où il faudrait moins de doses pour vacciner plus de monde.

Le deuxième élément à retenir, c'est qu'il y a 100% de protection contre la survenue de formes graves de maladie et d'hospitalisations chez les participants ayant reçu le vaccin.

Et le dernier point, c'est la confirmation de la sécurité: aucun effet indésirable grave n'a été rapporté, le vaccin est bien toléré dans les deux schémas posologiques.

Enfin, il y a une simplicité plus grande sur le stockage, le transport, la manipulation, dans des conditions de réfrigération normales de 2 à 8 degrés. C'est un élément intéressant pour la santé publique.

Q: Où en êtes-vous dans votre calendrier?

R: Nous allons produire trois milliards de doses au fur et à mesure de 2021 dans le monde entier. On a mis en place très tôt des chaînes d'approvisionnement parallèles et indépendantes, aux États-Unis, dans plusieurs pays d'Europe et dans le reste du monde.

La production a démarré, c'était l'objet des premiers accords que nous avons annoncés avec les différents gouvernements et organisations non gouvernementales. Elle a commencé pour pouvoir fournir le vaccin dès que les résultats finaux des essais cliniques, et surtout les évaluations par les autorités sanitaires, seront disponibles.

La production est en train de monter en puissance, il y a déjà 50 millions de doses de substances actives disponibles, on augmente la capacité de façon quasi hebdomadaire.

Q: Astrazeneca a indiqué que le vaccin serait distribué à prix coûtant, une stratégie différente de certains de vos concurrents?

R: C'est plus qu'une stratégie, c'est un engagement. Le prix est à peu près 2,50 euros la dose. C'est le sujet principal de notre accord avec Oxford, pour pouvoir fournir ce vaccin à la population la plus large, dans des conditions d'accès les plus équitables possible. On s'engage sur ces trois milliards de doses à prix coûtant pour 2021.

Il ne faut pas oublier que c'est une course contre le virus plutôt qu'une course au vaccin entre concurrents. En tant qu'industriel, j'entends beaucoup cela, mais en fait il y a beaucoup de collaborations dans cette course contre le virus: Pfizer s'est associée à BioNtech, Sanofi à GSK, AstraZeneca avec l'université d'Oxford...

Dans la même catégorie