/news/homepage

On a testé le REV un jour de première neige

Camille Lalancette

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Le Réseau express vélo (REV) est censé être accessible à l’année, beau temps, mauvais temps. 

La première neige à tenir sur le sol montréalais nous a donné envie d’aller tester cette nouvelle voie cyclable en ce début d’hiver : même sans pneus adaptés, notre journaliste a accepté de se mettre à l’épreuve lundi. Voici ses observations.

• À lire aussi: Rue Saint-Denis: des citoyens inaugurent le REV avec le sourire

• À lire aussi: Des BIXI d'hiver pourraient être lancés dès l'an prochain

J’enfourche mon vélo et je mets le cap vers ma première destination : le fameux tronçon Saint-Denis du REV, une rue où je ne roule habituellement pas puisqu’elle m’effraie. 

Je réalise que depuis l’installation de la piste cyclable, il y a un corridor pour vélos de chaque côté de la rue, et que chacun d’entre eux est séparé du trafic par des voitures stationnées.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Vers 10h, la chaussée était dégagée et de petits butons de neige étaient amassé sur les côtés de la piste cyclable. J’étais bien contente de l’efficacité de mes garde-boues, vu la petite couche d’eau accumulée au sol. 

Au fond, les conditions étaient semblables à celles observées lors d’une journée pluvieuse.

Heureusement il fait beau : je peux donc rouler même si je n’ai pas encore mes pneus d’hiver. Il faut dire que du sel avait été épandu et qu’il faisait environ trois degrés Celsius : si le mercure avait été sous zéro, j’aurais probablement moins aimé mon expérience.

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

D’ailleurs, parlant de pneus d’hiver, des policiers rencontrés sur mon chemin m’ont indiqué que la CNESST leur exigeait d'utiliser des pneus à crampons du 15 novembre jusqu’au 15 mars lors de leur patrouille. 

Ça donne une idée du moment où il est préférable d’en avoir, mais rien n’oblige les cyclistes à s’équiper de pneus pour l’hiver.

Tas de neige

Si l’état de la chaussée était bon, je me suis sentie par moments comme un avatar de jeu vidéo qui gagne des points s’il contourne des obstacles.

Par exemple, en prenant le segment du REV sur la rue de Bellechasse, j’ai eu une surprise à la hauteur de la rue Chambord, où un tas de neige encombrait la piste. 

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

Sur Facebook, on accuse un commerçant, mais les policiers m’indiquent qu’il s’agirait d’une ancienne habitude de déneigement datant d’avant le REV.

C’était aussi le jour de la collecte de la récupération sur Saint-Denis. Comme partout ailleurs à Montréal, des bacs traînaient et le contenu de certains s’était rependu sur le trottoir et sur la piste.

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

Malgré ces obstacles qui m’ont forcée à faire des slaloms, je conclus que le REV est sécuritaire pour les cyclistes qui respectent la signalisation – même s’il faut être prudent et s’assurer en tout temps que les autres utilisateurs de la route nous voient.

Par contre, certaines intersections manquent de signalisation et sèment la confusion chez les automobilistes. C’est le cas du coin Saint-Zotique/Saint-Denis. 

Aucune signalisation n’interdit de tourner à droite, mais il y a seulement une flèche verte pour aller tout droit. 

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

Cette confusion peut créer un enjeu de sécurité pour tous les usagers de la route, autant sur le REV que sur la voie automobile.