/news/coronavirus

La vaccination ralentie à cause du manque de flacons?

Un problème d’approvisionnement pourrait-il compromettre les campagnes à grande échelle de vaccination contre la COVID-19? 

• À lire aussi: Le plus gros fabricant de gants chirurgicaux ferme des usines à cause de cas de COVID

• À lire aussi: 11 candidats vaccins en dernière phase d'essais sur l'homme

• À lire aussi: Dépistage de la COVID-19: les labos de Québec tournent à plein régime

«La prochaine étape, c’est toute la logistique qui entoure cette vaccination-là. Ça va être énorme», explique le virologue à la retraite, Jacques Lapierre en entrevue à Mario Dumont. 

Un des problèmes qui pourrait perturber la large distribution des vaccins : les difficultés d’approvisionnement en flacons de verre dans lesquels on conserve le précieux sérum.  

«Il y a encore une semaine, on disait qu’il y avait une rareté du sable qui est utilisé pour faire les flacons pour contenir les vaccins. Ce sont des flacons qui doivent résister à de très hautes ou très basses températures», détaille l’expert. 

Les autorités de santé publique doivent donc immédiatement en assurer l’approvisionnement afin de mener à terme, sans embûche, les vaccinations, insiste M. Lapierre. 

«Ils doivent également prévoir tout ce qu’il faut pour aller sur les sites de vaccination. Un vaccin qui se conserve à -70 degrés Celsius, un vaccin à -20 degrés Celsius, d’autres vaccins se conservent à 4 degrés : c’est à planifier et il faut s’assurer que ça fonctionne», détaille-t-il en soulignant que les autorités ne peuvent pas se permettre de se tromper. 

Il ne faut pas qu’un détail d’approvisionnement ralentisse la vaccination, insiste-t-il. 

Québec a déjà fait savoir qu’il avait passé des commandes de congélateurs permettant de conserver le vaccin prometteur développé par Pfizer. 

« On a déjà sécurisé l’achat d’équipement. C’est déjà fait. On a une soixantaine de congélateurs qui ont été achetés pour qu’ils puissent être déplacés aux bons endroits, au bon moment », a indiqué le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, le 10 novembre dernier. 

Dans la même catégorie