/news/coronavirus

Vaccination : toujours aucune date au Canada

TVA Nouvelles

Alors que la vaccination contre la COVID-19 pourrait s’amorcer dans moins de trois semaines aux États-Unis, le flou règne toujours à Ottawa, si bien qu’on ne sait toujours pas précisément à quel moment les premiers Canadiens pourront être immunisés.

• À lire aussi: Le vaccin AstraZeneca efficace entre 70% et 90%

• À lire aussi: La bataille des chiffres sur l’efficacité des vaccins contre la COVID-19

• À lire aussi: COVID prochaine étape : les vaccinations massives

Encore lundi, le gouvernement canadien se contente d’évoquer le premier trimestre de 2021 pour la réception, la distribution et l’administration des premières doses, soit entre les mois de janvier et mars.

Aux États-Unis, le conseiller scientifique en chef de l’«Opération Warp Speed», lancée par le président Donald Trump pour vacciner le plus rapidement possible la population américaine, estime que les premières doses pourraient être administrées immédiatement après leur approbation par l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA).

«Je m’attends qu’au lendemain de l’approbation, le 11 ou le 12 décembre, les premiers Américains soient vaccinés», a laissé entendre le Dr Moncef Slaoui.

Ottawa n’a toujours pas indiqué combien de doses pourraient être distribuées, mais la ministre ontarienne de la Santé a indiqué la semaine dernière qu’environ six millions de doses pourraient arriver au Canada d’ici le mois de janvier, soit quatre millions de doses du vaccin Pfizer/BioNTech et deux millions du vaccin Moderna. Des chiffres qui sont toutefois spéculatifs, a tempéré Ottawa.

Entre-temps, le fédéral et les provinces continuent leur préparation en vue de la distribution et de l’entreposage des vaccins, lorsque ceux-ci seront disponibles. Le fédéral s’est notamment procuré 126 congélateurs, dont 26 capables d’atteindre la température requise de -75 degrés Celsius nécessaire pour entreposer le vaccin Pfizer/BioNTech.

Ottawa devrait choisir d’ici la fin du mois de novembre un fournisseur pour la distribution des vaccins.

Les Forces armées canadiennes vont également être mises à contribution.

Tout ce branle-bas de combat se déroule alors que le pays est confronté à une montée fulgurante des contaminations dans plusieurs provinces, notamment en Ontario, où la ville de Toronto et la région de Peel – qui comprend les villes de Brampton et Mississauga – ont amorcé un nouveau confinement. 

Dans la même catégorie