/finance/homepage

Baisse de la production de pétrole à cause de la pandémie

Agence QMI

Le pic de la demande de pétrole a été atteint l’an dernier au pays, selon la Régie de l’énergie du Canada, qui estime que la consommation d'énergie diminuera de 6 % cette année en raison de la pandémie de COVID-19.

Quant à la production de pétrole brut, le recul sera 7 %, soit 335 000 barils par jour par rapport à l’an dernier en raison du ralentissement de l’économie, d’après un rapport dévoilé mardi.

Les tendances à la baisse se poursuivront par la suite, puisque l’organisme fédéral prévoit une diminution de la consommation de combustibles fossiles au pays au cours des 30 prochaines années si des mesures pour réduire les rejets de gaz à effet de serre sont mises en vigueur.

Ainsi, «la consommation de combustibles fossiles sera inférieure de 12 % d'ici 2030, et de 35 % d'ici 2050», selon un scénario envisagé par la Régie.

«La demande totale relative à l'énergie renouvelable et au nucléaire croît de 31 % d'ici 2050 et occupe une plus grande part du bouquet énergétique, a-t-elle ajouté. En 2050, 90 % de l'électricité produite provient d'énergies renouvelables et de centrales nucléaires, comparativement à 81 % à l'heure actuelle.»

L’organisme fédéral prévient toutefois que sans une transition accélérée, les combustibles fossiles constitueront toujours plus de 60 % du bouquet énergétique du Canada en 2050.

Du côté de la production de pétrole brut, il faudra cependant attendre pour voir une baisse. Elle augmentera d’ici 2039, passant de 4,9 millions barils par jour en 2019 à 5,8 millions en 2039. Ce sera par la suite le début de la régression pour retomber à 5,3 millions barils par jour en 2050.

«Pour atteindre l'objectif de gaz à effet de serre zéro net au Canada au cours des 30 prochaines années, il faudra renforcer les politiques et l'adoption à grande échelle de techniques à faibles émissions de carbone», a rappelé la Régie.