/news/world

La saison de naissances des baleines noires s'amorce avec un décès

Agence QMI

US-WILDLIFE-MARINE-RIGHT_WHALE

archives, AFP

Le tout premier baleineau de la saison de naissances des baleines noires de l'Atlantique Nord est mort pendant ou peu après qu'il soit venu au monde, portant un nouveau coup dur à cette espèce en voie d'extinction.

• À lire aussi: Des baleines à bosses s'égarent dans une rivière infestée de crocodiles

• À lire aussi: Une orque rendue célèbre par le deuil de son petit, a un nouveau baleineau

L'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) a annoncé, lundi, avoir retrouvé le corps du baleineau sur une plage de la Caroline du Nord vendredi dernier.

Le petit, un mâle, semble être décédé alors que sa mère le mettait au monde ou dans les instants qui ont suivi, ont avancé les experts qui ont pratiqué sa nécropsie samedi. Rien n'indique que sa mort soit liée à un impact avec un bateau ou à un étranglement avec un engin de pêche, deux des principales menaces qui pèsent sur les baleines noires.

«Chaque naissance d'une baleine noire amène tant d'espoir pour cette espèce en danger critique. Des pertes comme celle-ci ont un impact significatif», s'est inquiétée la NOAA dans un communiqué en qualifiant de «dévastateur» le début de la saison des naissances.

La nouvelle de cette mort survient après la conclusion d'une bonne saison pour les ces mammifères. Depuis le début de l'année 2020, aucune mort de baleine noire n'a été signalée au Canada et un seul baleineau a péri aux États-Unis.

Chaque année, les baleines noires de l'Atlantique Nord se dirigent vers le sud à l'automne, où naissent les baleineaux, avant de migrer de nouveau vers le nord, parfois jusqu'aux eaux canadiennes au printemps et à l'été.

La population de cette espèce qui compte moins de 400 représentants dans le monde, dont moins de 100 femelles en âge de se reproduire, ne cesse de décliner depuis un épisode de mortalité élevée en 2017.

Au cours de cette saison, de nombreuses baleines noires de l'Atlantique Nord avaient péri dans les eaux canadiennes, entraînant la mise en place de restrictions sur la vitesse des navires et sur les activités de pêche qui demeurent en vigueur aujourd'hui.

Dans la même catégorie