/news/coronavirus

Le plan des Fêtes est «assez dangereux»

TVA Nouvelles

Moins d’une semaine après son annonce, le plan des Fêtes du gouvernement Legault a déjà fait l’objet d’importantes précisions, mardi, signe que Québec, comme de nombreux experts, s’inquiète de voir le nombre de cas de COVID-19 exploser en raison des rassemblements familiaux.

• À lire aussi: Seulement deux soupers permis durant les Fêtes

• À lire aussi: Plus sévère que Québec dans ses recommandations

• À lire aussi: Les médecins appréhendent déjà le retour des Fêtes

«Le plan qui a été prévu pour Noël, initialement, est un plan qui est somme toute assez dangereux», tranche la professeure de biochimie à l’Université de Montréal, Dre Nathalie Grandvaux, qui se réjouit de voir que le gouvernement est ouvert à réviser ses règles.

Le confinement de sept jours avant la période de grâce du 24 au 27 décembre est particulièrement problématique aux yeux de l’experte, puisque nombre de Québécois ne pourront s’isoler comme prévu. Une hausse des contaminations paraît donc inévitable.

«C’est un peu inéluctable parce que la majorité des gens ne pourra pas se confiner. Beaucoup de gens qui sont dans les emplois essentiels ne pourront pas le faire et ces gens-là ne vont pas complètement s’exclure de ces fêtes de fin d’année», note Dre Grandvaux.

Les aînés vivant en résidences pour personnes âgées auront également beaucoup de difficultés à respecter une quarantaine à l’intérieur de leur milieu de vie, selon elle. Et comme on observe actuellement une hausse du nombre de cas dans les résidences pour personnes âgées, les infections pourraient aussi être transmises des aînés au reste de la famille.

«Ce sont des vases communicants énormes dans une période où la transmission communautaire n’a pas encore été contrôlée», s’inquiète l'experte.

Et même si elle juge important de prendre en compte la solitude des aînés dans l’équation, elle doute que le plan de Québec dans sa forme actuelle réponde adéquatement aux dangers du temps des Fêtes.

«Le plan actuel, dans les conditions d’éclosions et de propagations dans la communauté, ce n‘est pas le meilleur scénario pour arriver à ne pas avoir de conséquences par la suite.»

Dans la même catégorie