/finance/homepage

Les Canadiens dépenseront autant à Noël

Agence QMI

Beautiful Christmas gift boxes on floor near fir tree in room

Photo Adobe Stock

Pandémie ou pas, les Canadiens n'ont pas l'intention de laisser la COVID-19 malmener trop leurs habitudes des Fêtes, montre un sondage réalisé pour le compte des Comptables professionnels agréés du Canada.

Selon le coup de sonde dévoilé mardi, les Canadiens prévoient dépenser environ 588 $ en cadeaux, victuailles et autres pour célébrer Noël. Il s'agit d'un montant presque identique aux 583 $ que s'attendaient à dépenser les Canadiens l'an dernier.

Parmi les répondants, plus de la moitié (53 %) ont assuré que la pandémie ne fait aucune différence sur le montant qu'ils comptent consacrer à l'achat de cadeaux. Près du tiers (29 %) ont cependant reconnu qu'ils dépenseront moins cette année, tandis que 15 % s'attendent à dépenser plus.

Pluie de colis en vue

Si le coronavirus ne semble pas affecter les dépenses prévues, il en va autrement sur la façon de magasiner. Lors du sondage mené entre le 1er et le 6 octobre, 33 % des répondants avaient indiqué qu'ils feraient la majorité de leur achat en ligne, contre 30 % qui avaient avancé qu'ils privilégieraient les magasins et 26 % qui comptaient répartir leurs emplettes entre les boutiques physiques et virtuelles.

Il s'agissait d'un bond notable puisqu’à peine 18 % des répondants avaient laissé entendre en 2019 qu'ils feraient leurs achats en ligne, contre 45 % en magasins.

Or, à l'époque où a été mené le sondage, la deuxième vague de COVID-19 commençait à peine à déferler sur le Canada. Depuis, le virus a submergé toutes les provinces de l'Ouest et du centre du pays, allant jusqu'à entraîner des confinements complets dignes du printemps, notamment au Manitoba et à Toronto.

Ce faisant, un plus grand nombre de Canadiens devront probablement se tourner vers internet, ne serait-ce que parce que les magasins sont fermés dans leur région.

Le sondage a été réalisé pour le compte de CPA Canada par la firme Nielsen, qui a recueilli les réponses de 2004 adultes canadiens faisant partie d'un panel web.