/news/politics

Loi 101 aux cégeps : Jolin-Barrette ouvre la porte, Legault la referme

Patrick Bellerose | Journal de Québec

Le premier ministre François Legault n’a pas tardé à claquer la porte laissée ouverte par son ministre Simon Jolin-Barrette : Québec n’interdira pas aux jeunes francophones de fréquenter les cégeps de langue anglaise.

• À lire aussi: Langue française: la loi 101 sera réformée en profondeur

Le ministre responsable de la Langue française avait pourtant confirmé, mardi, que l’idée était à l’étude. «Nous devons réfléchir, comme société, à savoir si nous avons besoin d’étendre la loi 101 aux cégeps. C’est une bonne question et je suis toujours en réflexion à ce sujet», avait déclaré Simon Jolin-Barrette en anglais. La proportion d’étudiants qui étudient en anglais augmente sans cesse, avait-il justifié.  

Quelques minutes plus tard, dans un point de presse distinct, le premier ministre François Legault avait également entretenu le flou sur la question. «Pour l'instant, ça ne fait pas partie de notre programme. On va déposer, au début de l'année 2021, nos propositions. On a commencé à avoir des discussions au caucus, au Conseil des ministres», avait-il déclaré.  

Mais en chambre peu après, M. Legault a voulu remettre le couvercle sur la marmite. Il n’est «pas question» d’interdire aux jeunes francophones de fréquenter les cégeps de langue anglaise, a tranché le premier ministre.  

En vertu de la Charte de la langue française, seuls les enfants de parents ayant fréquenté le réseau scolaire anglophone peuvent s'inscrire à l'école publique en anglais aux niveaux primaire et secondaire.  

Pour les études supérieures, le gouvernement Legault entend plutôt s’assurer que les étudiants aient la possibilité d’étudier en français.

Écoutez l'entrevue avec Marie-Anne Alepin, présidente générale de la Société Saint-Jean Baptiste:

Dans la même catégorie