/news/culture

Publicité déguisée: gros malaise à Radio-Canada

Marc-André Lemieux | Journal de Montréal

Marilou dans La recette pas plate de...

Capture d’écran

Marilou dans La recette pas plate de...

Des publicités payantes aux allures de véritables reportages créent un « grand malaise » auprès des employés de CBC/Radio-Canada.

Dans une lettre adressée au ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbault, datée du 29 octobre, la Guilde canadienne des médias dénonce « l’incursion agressive » du diffuseur public dans l’arène du contenu de marque. Le syndicat, qui représente les journalistes à CBC/Radio-Canada, décrie plus précisément l’arrivée de « Radio-Canada Tandem », un service de publicité qui vend des balados, des vidéos et d’autres types de contenus qui prennent l’apparence de nouvelles journalistiques.

La Guilde déplore que CBC/Radio-Canada ait lancé Tandem « sans considération ni consultation élargies ». Selon elle, ce contenu commandité « va trop loin » et peut tromper les gens.

« Les contenus sponsorisés brouillent les frontières entre le vrai journalisme indépendant et les fausses nouvelles », peut-on lire dans cette lettre.

La page de présentation de Tandem.

Capture d’écran

La page de présentation de Tandem.

« Dommageable »  

La Guilde avait partagé ses premières inquiétudes en septembre. Dans un communiqué, ses membres s’étaient avoués « très préoccupés » par Tandem. Ils craignaient que cette initiative affecte « la réputation de CBC/Radio-Canada en tant que service d’information indépendant et fiable ».

Le Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC), qui représente non seulement des journalistes, mais également des représentants publicitaires ayant collaboré au lancement de Tandem, n’a pas encore pris position dans cette affaire.

La page du contenu promotionnel de Van Houtte.

Capture d’écran

La page du contenu promotionnel de Van Houtte.

Joint au téléphone, le président du regroupement, Pierre Tousignant, parle toutefois d’une « forme de publireportages léchés » qui créent « un grand malaise ».

« Radio-Canada a toujours été perçue comme une référence en matière de normes et pratiques. À partir du moment où l’on joue sur une confusion des genres, on met en danger la crédibilité du diffuseur. Ça peut être extrêmement dommageable », souligne M. Tousignant.

Le balado Merci infiniment, payé et produit par l’Ordre des infirmières et infirmier du Québec.

Capture d’écran

Le balado Merci infiniment, payé et produit par l’Ordre des infirmières et infirmier du Québec.

Réponse du diffuseur  

En réponse aux questions du Journal, le premier directeur, Promotions et Relations publiques, de Radio-Canada, Marc Pichette, indique qu’il existe un « mur infranchissable » entre la publicité et l’information chez le diffuseur public. Selon ses dires, les contenus de marque sont « clairement identifiés comme étant des contenus annonceurs ». 

De plus, CBC/Radio-Canada précise que d’autres médias publics, comme BBC et France Télévision, offrent un service semblable à Tandem.

« Le contenu de marque, les commandites, le placement de produit génèrent des revenus qui sont investis directement dans la programmation », ajoute M. Pichette.

La Ville de Montréal commandite le balado Mon été culturel à Montréal.

Capture d’écran

La Ville de Montréal commandite le balado Mon été culturel à Montréal.

Avec Tandem, CBC/Radio-Canada joue sur le même terrain que plusieurs médias privés qui ont développé des initiatives de contenu commandité au cours des années. 

« Tous les médias luttent pour leur survie, indique Pierre Tousignant du SCRC. Que Radio-Canada vienne jouer de façon plus agressive dans des talles plus commerciales, ça peut mettre en colère la concurrence, j’en conviens. »


Selon le plus récent rapport annuel de CBC/Radio-Canada, son financement public s’est élevé à 1,2 milliard $ pour l’exercice 2019-2020.

QUATRE EXEMPLES DE FAUX REPORTAGES SIGNÉS TANDEM 

CBC/Radio-Canada Tandem, c’est le nom du nouveau service de contenu de marque du diffuseur public. Voici quelques exemples.

► Sur Radio-Canada.ca, on remarque Les bourses des maîtres Van Houtte, une page produite pour l’entreprise de cafés qui rassemble des portraits vidéo de cinq artistes canadiens. 

► Sur ICI Tou.tv, on retrouve La recette pas plate de..., une websérie payée par l’Association des emballeurs de pommes de terre du Québec dans laquelle des personnalités connues comme Charles Hamelin et Marilou de Trois fois par jour proposent des recettes simples impliquant la patate.

► Sur OHdio, l’application qui regroupe les contenus audio de Radio-Canada, on trouve deux balados étiquetés « contenu annonceur » : Mon été culturel à Montréal, une série payée par Montréal dans laquelle on visite la métropole à travers ses quartiers, et Merci infiniment, une série payée et produite par l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec dans laquelle l’animateur Nicolas Ouellet rencontre des membres du regroupement qui participent aux efforts pour combattre la COVID-19.

Tollé au Canada anglais  

Au Canada anglais, la mise en place de CBC/Radio-Canada Tandem crée beaucoup de remous.

Au cours des dernières semaines, plusieurs gros noms de l’information, employés ou ex-employés du diffuseur public, comme Peter Mansbridge et Linden MacIntyre, ont exprimé leurs « grandes inquiétudes » à l’égard de ce nouveau service de création de contenu de marque.

En entrevue au Globe and Mail, l’ancienne gouverneure générale du Canada, Adrienne Clarkson, qui s’est fait connaître comme reporter et animatrice à CBC, a indiqué qu’elle était « très troublée » par l’idée qu’il pourrait y avoir un flou entre la publicité et l’information.