/news/law

Agression sexuelle : l'avocat de Boisclair a besoin de deux mois

Michael Nguyen | Journal de Montréal

Photo Maxime Deland

André Boisclair devra encore attendre avant de voir des développements dans son dossier d’agression sexuelle armée, puisque son avocat a obtenu ce matin deux mois supplémentaires avant d’annoncer ses couleurs. 

• À lire aussi: Boisclair a le même avocat que Salvail

• À lire aussi: Une autre plainte d’agression contre André Boisclair

« La demande est de mon initiative », a assuré à la cour Me Michel Massicotte, ce mercredi au palais de justice de Montréal.

Le procureur de la Couronne, de son côté, a assuré qu’il était prêt à procéder.

Depuis mai, l’ancienne étoile montante de la politique fait face à de graves accusations de crimes sexuels qui seraient survenus à Montréal en janvier 2014, soit juste après la fin de son mandat comme délégué général du Québec à New York.

Selon le mandat dans le dossier, il aurait agressé sexuellement une personne alors qu’il était armé, ainsi qu’avec la participation d’un tiers. À ce stade-ci des procédures, aucun détail n’a filtré. On ignore ainsi qui est la victime, ainsi que l’identité du fameux « tiers », qui à ce jour n’a pas été accusé.

« On ne peut pas en dire plus pour le moment », a commenté Me Luc Pagé de la poursuite, juste après la brève audience de ce matin.

Mais avant de subir son procès, Boisclair devra d’abord se soumettre à une enquête préliminaire. Cette étape, qui permet à un juge de s’assurer que la preuve de la Couronne justifie les accusations déposées contre l’ex-politicien, pourrait être fixée lors de la prochaine audience au mois de janvier.

D’ici là, Boisclair, 54 ans, restera en liberté.