/news/tele

«Au cœur de Cité Mémoire»: histoire d’une ode à Montréal

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

En plus de faire rêver les Montréalais depuis bientôt cinq ans, le projet fou de 20 millions $ que constitue le parcours de projections extérieures Cité Mémoire se retrouve au cœur d’un documentaire qui relate sa genèse et témoigne de la vitalité culturelle de la métropole.

Disponible sur Club illico ce jeudi, «Au cœur de Cité Mémoire» raconte comment l’attraction multimédia a pris forme dans l’imaginaire foisonnant des créateurs Michel Lemieux et Victor Pilon, qui ont collaboré avec le dramaturge Michel Marc Bouchard pour rendre compte à leur manière de quelques tranches d’histoires importantes de Montréal. Les concepteurs ont bossé sur leur «bébé» urbain pendant plus de 10 ans.

«Montréal est la ville des festivals. On célèbre le jazz, l’humour, le cirque... mais quand est-ce qu’on célèbre Montréal? Notre devise, au Québec, c’est "Je me souviens", mais en réalité, on ne se souvient plus de grand-chose. C’était donc pour répondre à cette idée, ce désir de se souvenir, de parler de qui on est, et de pouvoir faire des activités avec un volet technologique, qu’on a conçu "Cité Mémoire"», a résumé Michel Lemieux, en précisant que la perspective de tourner un documentaire complémentaire était dans les cartons dès les balbutiements de l’entreprise.

On a droit, dans le film réalisé par Janice Zolf et Sylvie Van Brabant, à des échantillons visuels et sonores de la grandiose expérience Cité Mémoire et ses principales figures, de Leonard Cohen à Maurice Richard et Joe Beef.

Postés au coin des rues Saint-Sacrement et Saint-François-Xavier, dans le Vieux-Montréal, Michel Lemieux, Victor Pilon et Michel Marc Bouchard détaillent la mise sur pied de leur ambitieuse idée.

Aussi décliné dans une version anglophone, «Au cœur de Cité Mémoire» a déjà tenu l’affiche et remporté une flopée de prix dans des festivals en Argentine et en Ontario.

«Regarder vers le haut»

Inauguré au printemps 2016, à temps pour les célébrations du 375e anniversaire de Montréal qui se tenaient un an plus tard, et produit par l’OBNL Montréal en Histoires, le trajet Cité Mémoire se déploie dans trois quartiers charnières de la métropole, le Vieux-Montréal, le Vieux-Port et le centre-ville.

Pour en profiter, on se branche à l’application (gratuite et disponible en quatre langues) sur son téléphone mobile et on se promène à pied dans les lieux cultes de la ville. Tout autour de nous prennent alors vie plus d’une vingtaine de tableaux, avec personnages, mises en scène, paroles et musique. L’œuvre émerge des murs de briques, du sol, des arbres, et explique le passé de Montréal et ses faits saillants.

«Souvent, quand on marche dans la rue, on regarde vers le bas, vers le trottoir, pour ne pas se casser la gueule. On n’a plus le réflexe, dans une ville, de se promener en regardant vers le haut. En marchant vers le prochain tableau on voit donc un paquet d’affaires qu’on n’avait jamais vues, des [immeubles] extraordinaires, parce qu’on n’avait jamais regardé en haut», a décrit Michel Lemieux.

Encore aujourd’hui, cette leçon d’histoire ludique continue de se bonifier constamment, et le concept de Cité Mémoire suscite évidemment de l’intérêt à l’échelle internationale.

«Des gens de partout dans le monde, des groupes de Chinois, de Français ou de l’Amérique du Sud, veulent avoir un Cité Mémoire chez eux. Il y a des projets», a précisé Michel Lemieux.

Le documentaire «Au cœur de Cité Mémoire» sera disponible sur Club illico ce jeudi 26 novembre.