/news/currentevents

Les trois acteurs principaux d’un stratagème de fraude arrêtés

Antoine Lacroix - Journal de Montréal

L’un des suspects, Jean-François Cantin, à sa sortie du quartier général de la Sûreté du Québec de Montréal, mercredi.

Photo Pierre-Paul Poulin

L’un des suspects, Jean-François Cantin, à sa sortie du quartier général de la Sûreté du Québec de Montréal, mercredi.

Les trois acteurs principaux d’un stratagème frauduleux élaboré qui exploitait de nouveaux arrivants vulnérables ont été arrêtés mercredi par la Sûreté du Québec (SQ) après cinq ans d’enquête.

Fadi Khoury, 55 ans, Mohammed Laihem, 51 ans, et Jean-François Cantin, 44 ans, ont reçu la visite de policiers tôt en matinée pour leur passer les menottes et être amenés au quartier général de la SQ de Montréal, afin d’être interrogés. 

«Les trois individus arrêtés pourraient faire face à des accusations de fraude, de fabrication de faux documents, d’emploi de documents contrefaits et de complot», a indiqué Mélanie Dumaresq, porte-parole du corps de police provinciale. 

Au noir

Le trio était à la tête d’agences de placement qui payaient au noir leurs employés, la grande majorité étant des personnes immigrantes, selon nos informations. 

Les ouvriers étaient fournis à des entreprises, pour la plupart du temps dans le secteur agroalimentaire ou du textile. 

Les travailleurs, qui évoluaient dans des conditions difficiles, croyaient à tort que leur travail au salaire minimum était conforme, car les cotisations habituelles étaient retranchées de leur paie. 

Plein les poches

Sauf que les cotisations n’étaient pas envoyées au gouvernement par les agences de placement. C’était plutôt les dirigeants qui s’en mettaient plein les poches en conservant le tout.

Selon nos sources, la fraude d’une grande complexité est évaluée à environ un million de dollars qui n’ont pas pu être perçus par le gouvernement. 

Il n’est pas exclu qu’ils utilisaient des prête-noms afin de faire fonctionner leur stratagème, qui perdurait depuis de nombreuses années. 

«Les arrestations ont permis de mettre fin à un stratagème qui consistait à l’émission de fausses attestations de conformité de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) provenant d’agences de placement de personnel et qui était remises à des entreprises “donneur d’ouvrage”», a résumé Mélanie Dumaresq. 

Enquête depuis 2015

L’enquête sur ce système frauduleux avait été amorcée en 2015 par la Division des enquêtes sur la criminalité financière organisée de la SQ, en collaboration avec la CNESST, Revenu Québec et le ministère de l’Emploi, du Travail et de la Solidarité sociale. 

Plusieurs perquisitions avaient été menées dans les locaux des agences de placement en novembre 2017, permettant d’amasser beaucoup de preuves. 

Après avoir subi un interrogatoire de plusieurs heures, Khoury, Laihem et Cantin ont été libérés sous promesse de comparaître mercredi. 

♦ Même si les acteurs principaux ont été arrêtés, il n’est pas impossible que d’autres arrestations surviennent.