/news/law

L’impasse persiste au procès de Ian Bélanger

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

Photo Fotolia

Le jury n’est pas parvenu à un verdict au procès de Ian Bélanger, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke.

• À lire aussi: Deux suspects accusés pour un meurtre commis en juin

Il aura besoin d'une troisième journée de délibérations jeudi.

L'individu de 31 ans est accusé du meurtre au deuxième degré d'Héliodore Dulac survenu en juin 2018. Le corps inanimé de la victime de 72 ans avait été découvert à l'arrière de sa résidence du chemin de la Yard, à Milan, près de Lac-Mégantic.

En après-midi, les cinq femmes et les sept hommes jurés ont exprimé au juge être dans une impasse, incapables de s'entendre sur un verdict unanime.

Le juge Gaétan Dumas leur a demandé de poursuivre et de persévérer dans leurs discussions, soulignant qu'ils délibèrent depuis seulement une journée et demie.

Mardi, le jury a demandé à réécouter le témoignage de Kassandra Harpin, seule autre personne présente au moment des évènements.

Dans son témoignage, la femme de 31 ans avait mentionné qu'Héliodore Dulac avait demandé à mourir pour qu'on abrège ses souffrances liées à sa maladie.

Il y a eu consommation d'alcool et de drogues jusqu'à ce qu'une querelle éclate entre les deux hommes.

Selon le pathologiste judiciaire, Héliodore Dulac a été battu à mort, à coups de pied et de coups de poing.

Même si elle n'a pas frappé le septuagénaire, Kassandra Harpin a plaidé coupable à un chef d'homicide involontaire, crime pour lequel elle a été condamnée à 52 mois d'emprisonnement.

Ian Bélanger savait-il que les blessures qu'il infligeait à Héliodore Dulac étaient sérieuses au point de pouvoir causer sa mort?

Cette question d'intention est au cœur du débat visant à déterminer si l'accusé a commis un meurtre au deuxième degré (punissable par la prison à vie) ou un homicide involontaire coupable (où la peine est déterminée par le juge du procès).