/news/law

Première condamnation pour menaces contre Legault et Arruda

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Dans la foulée des menaces contre le premier ministre François Legault et le docteur Horacio Arruda, une première sentence a été prononcée aujourd’hui au palais de justice de Joliette. 

Un camionneur, Philippe Côté, écope d’un casier judiciaire. Il avait reconnu il y a quelques semaines sa culpabilité. Le juge l’a condamné à deux ans de probation, écartant par le fait même la suggestion de la défense qui souhaitait l’absolution inconditionnelle pour son client.

En mai dernier, Philippe Côté, qui se trouvait pour son boulot de camionneur aux États-Unis, a proféré des menaces de mort et de lésions corporelles envers le premier ministre ainsi que le directeur national de la santé publique.

À quelques heures d’intervalle, il a laissé des messages dans la boîte vocale du bureau de circonscription de M. Legault à L’Assomption. L’employé qui a récupéré les messages menaçants s’est empressé de communiquer avec les policiers. 

Dans son premier message, d’une voix calme, mais ferme, Philippe Côté disait regretter d’avoir voté pour François Legault et lui suggérait de profiter de dernières marches de liberté, puisqu’il devra être accompagné dorénavant de gardes du corps, qu’il est corrompu et que ses jours étaient comptés.

Colère   

Dans un deuxième message téléphonique, fait quelques heures plus tard, Philippe Côté est plus agressif, il crie et sacre en faisant part de son mécontentement en lien avec le contexte actuel. 

Il exprime sa colère face à une vidéo où on voit le Dr Arruda danser et traite le premier ministre et M. Arruda de dictateurs et de communistes. Il ajoute qu’il n’a pas d’arme à feu, mais qu’il pourrait s’en procurer une pour tirer une balle entre les deux yeux.

De retour au Canada, le camionneur a été intercepté par des douaniers qui ont fouillé son véhicule pour découvrir des bouts de papier sur lesquels il y avait des inscriptions de théories du complot politique impliquant des politiciens. Une fois libéré des douanes, ce sont les policiers de la Sûreté du Québec qui l’ont arrêté dans le secteur de Lanoraie.

La défense proposait une absolution conditionnelle étant donné que l’accusé avait enregistré un plaidoyer de culpabilité rapide, qu’il regrettait son geste, qu’il avait écrit une lettre d’excuses, qu’il n’avait pas d’antécédents judiciaires et qu’il n’aurait jamais oser faire des menaces directes aux deux victimes.

De son côté, la Couronne souhaitait envoyer un message clair aux citoyens qui voudraient envoyer de tels messages violents aux dirigeants politiques, en ajoutant que ses regrets semblaient dirigés vers les conséquences personnelles de ses gestes et non pour les victimes. 

Pour la Couronne, la liberté d’opinion et d’expression s’arrête au moment où des menaces de mort sont lancées.

Sentence   

Philippe Côté écope d’une ordonnance de probation de deux ans, doit suivre une thérapie de contrôle de la frustration jugée appropriée par l’agent de probation, ne peut pas communiquer directement ou indirectement avec le premier ministre François Legault et le Dr Arruda.

Il lui est aussi interdit de se trouver à moins de 1 km de Horacio Arruda et François Legault ainsi que de détenir des armes à feu pour cinq ans.