/regional/troisrivieres/mauricie

Un évêque face aux théories du complot

Sébastien Houle - TVA Nouvelles

Malgré les cas qui s'accumulent, malgré les morts, malgré les appels à la prudence répétés en boucle par les gouvernements, nombreux sont ceux qui continuent de nier la pandémie, une tendance accentuée par les réseaux sociaux.

Pour Jean-Sébastien Ménard, instigateur de la page «Observatoire des délires conspirationnistes du Québec», les réseaux sociaux ne favorisent pas la discussion. Les adeptes des théories du complot monopolisent les fils de discussion et les propos divergeant n'y ont pas leur place, a-t-il déploré.

Sa page, lancée il y a quelques mois seulement, compte déjà plus de 15 000 abonnés. Elle se veut un espace de discussion ouvert à tous, a-t-il fait valoir.

Pour l'évêque auxiliaire de Trois-Rivières, Mgr Pierre-Olivier Tremblay, l'heure est au dialogue. Il soutient que dans le contexte de crise, la quête de réponse est normale et légitime. Or, si l'esprit critique est de mise, il croit qu'il doit s'appliquer tant aux décisions politiques qu'aux théories qui proposent une réponse à tout et qui se trouvent à profusion sur Internet.

Juger et se distancier des personnes qui adhèrent à de tels propos n'est pas la réponse idéale non plus, a insisté celui qui présentera une conférence virtuelle sur la question, le 3 décembre prochain.

Pour les adeptes des théories du complot, qui se décrivent eux-mêmes comme des penseurs critiques, c'est l'adhésion unilatérale au message du gouvernement qui pose problème.

Frédéric Lavergne déplore ainsi que les points de presse du premier ministre Legault et du directeur de la Santé publique, le Dr Arruda, soient traités par les médias comme des grandes messes. Sceptique, il raconte avoir surmonté d'importants problèmes de santé, en remettant justement en cause la parole des médecins.

Pendant ce temps, le gouvernement continue de plaider que l'adhésion aux consignes sanitaire est la clé du succès dans la lutte à la COVID-19, en attendant un vaccin qui risque lui aussi de ne pas faire l'unanimité.