/news/politics

Contrat moral : Le PQ demande une copie écrite

Vincent Larin

Le Parti québécois enjoint le gouvernement Legault à coucher sur papier le «contrat moral» proposé aux Québécois pour permettre des rassemblements durant quatre jours pendant le temps des Fêtes.

«Vous vous souvenez [le premier ministre, François Legault» avait fait une lettre pour la laïcité qu'il avait signée indiquant quels étaient ces objectifs. 

• À lire aussi: Des milliers de Québécois n’auront pas le droit de se rassembler pour Noël

«Là, c'est encore plus important de faire ça [pour le contrat moral]», a réclamé le chef parlementaire du parti, Pascal Bérubé, jeudi.

La veille, le gouvernement Legault a tranché au sujet des milliers de québécois qui ne pourront s’isoler une semaine avant cette fenêtre de quatre jours. Sans quarantaine, mieux vaut éviter les soupers des fêtes, a rappelé la vice-première ministre, Geneviève Guilbault.

Pour Pascal Bérubé, les nombreuses rectifications qui ont suivi la présentation de ce «contrat moral» prouvent que le gouvernement tente de ménager sa popularité.

«Mais là il faut que ça soit clair. Et, quand le gouvernement du Québec donne une indication, il faut qu'il l'assume. On a l'impression que le gouvernement est toujours craintif de voir les Québécois en colère de ses mesures», a-t-il dit.

«Après avoir monté les attentes des Québécois, nous voilà maintenant dans la confusion, et même la déception», a affirmé de son côté la chef de l’opposition officielle, Dominique Anglade, lors de la période de questions.

Elle reproche au gouvernement Legault de ne pas tenir parole sur sa propre partie du «contrat moral».

«On a demandé au gouvernement d'encadrer davantage la sécurité de nos aînés pour qu'il puisse y avoir l'existence de ce contrat moral. On a demandé d'améliorer la question de la ventilation, on a demandé également au gouvernement de regarder la possibilité d'élargir le dépistage massif pour les personnes asymptomatiques», avait-elle rappelé auparavant, en point de presse.