/news/coronavirus

Contrat moral pour les festivités de Noël: Legault ajuste le tir à nouveau

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

Le «contrat moral» pour les Fêtes est à nouveau modifié. François Legault n’impose plus une quarantaine ferme aux Québécois qui veulent célébrer Noël à plusieurs.

Le premier ministre a reconnu jeudi qu’il n’est pas simple de concocter une marche à suivre pour permettre aux citoyens de festoyer un peu en cette période plutôt morose. «Ce n'est pas noir ou blanc», a-t-il convenu.

François Legault assouplie un peu les règles pour les Québécois qui n’auront d’autres choix que de se pointer au boulot la semaine précédant Noël et qui ne peuvent s’isoler complètement. 

«Si on reste chez soi, c'est ce qu'il y a de mieux, mais je comprends très bien qu'il y a beaucoup de Québécois qui ont besoin, qui doivent travailler, la semaine avant Noël, puis on doit parler de minimiser les risques. Ça veut dire quoi? Essentiellement, ça veut dire de respecter deux consignes ultraimportantes : rester toujours à deux mètres des autres personnes puis porter un masque quand on est à l'intérieur».

Et pour les travailleurs dont le métier implique une proximité avec les autres, comme les travailleurs de la santé et les éducatrices en garderies, le premier ministre leur demande de faire preuve de jugement.

«Je ne peux pas décréter qu'ils peuvent aller dans des rassemblements. C'est une question de risque, de gestion de risques. Et moi, j'ai confiance que tous les Québécois vont prendre la bonne décision», a-t-il insisté. 

 

Plus tôt cette semaine, François Legault avait dû rectifier le tir une première fois au sujet du nombre de rassemblements permis pour fêter entre amis ou avec la famille élargie. Les citoyens auront finalement droit à deux soirées festives entre le 24 et le 27 décembre. 

Le premier ministre a rejeté le blâme sur l’équipe d’Horacio Arruda pour expliquer la confusion dans le message. 

«Je l'avoue, au début de la semaine dernière, la Santé publique nous avait parlé de quatre jours (de rassemblements). Ensuite, ils ont dit : C'est mieux deux (rassemblements durant les quatre) jours. Donc, depuis le début, j'écoute la Santé publique», a-t-il dit. 

François Legault et le Dr Arruda ont d’ailleurs prévenu jeudi que ce fameux «contrat moral» pour célébrer Noël pouvait tomber à l’eau si la courbe des infections à la COVID-19 ne fléchit pas. 

Jeudi, la situation épidémiologique n’était guère encourageante. Le Québec a enregistré un sommet de cas quotidiens jamais atteint depuis le début de la pandémie avec 1464 infections supplémentaires et 32 décès. 

«On aura une décision à prendre. Pour l’instant, on continue avec le plan», a glissé François Legault.

Dans la même catégorie